Les sucres riz d’un « mille-pâtes »

IMG_0752
Ça vous cueille de façon traitre, sans réels signes avant-coureurs.
Un petit peu comme si vous étiez paisiblement en train de lire un catalogue « Ikea », et qu’un Nazgûl de mauvais poil, vous plaquait au sol par surprise en prenant soin de vous enfoncer son genou osseux dans votre colonne vertébrale, tout en vous tirant la tête en arrière – c’est bon vous avez l’image, là ?
Capture d’écran 2015-02-16 à 08.58.40
C’est douloureux.
BOUM !
Comme ça, vos jambes musclées, épilées, bronzées se font molles, l’énergie que vous dépensiez à faire tourner votre 54/11 à 100 rpm vous quitte, et la lumière s’éteint.
Petit caléidoscope visuel.
Rideau .
Capture d’écran 2015-02-16 à 08.55.41
Si vous avez de la chance, vous êtes sur le bord de la route à chercher un truc à manger: VITE ! – c’est bon vous avez l’image, là ?
Capture d’écran 2015-02-16 à 08.58.58
Si avez un peu moins de chance, vous êtes allongés sur une civière à vous demander ce que font tous ces médecins autour de vous, surtout celui avec les gants en latex – c’est bon vous avez l’image, là ?
Capture d’écran 2015-02-16 à 08.55.11
Si vous n’avez pas de chance, vous êtes retournés « poussière » et votre seul régime se compose de racines de pissenlit – c’est bon vous avez l’image, là ?
Capture d’écran 2015-02-16 à 08.59.28
Heureusement, une fois ingéré une dose de sucre, ça repart…et c’est là toute la magie.
POUF  !
Que celui qui n’a jamais fait de longues sorties à vélo ou en courant, et qui n’a jamais connu ça, me jette le premier doudou humide de glaires – c’est bon vous avez l’image, là ?
Autant vous dire que plus d’une fois, à vélo, je me suis fait surprendre par une bonne hypoglycémie, puisque c’est de cela dont je vous parle, au cas où, les moins sportifs ne m’auraient pas compris.
Capture d’écran 2015-02-16 à 09.00.40
Les premiers jours qui suivent mon départ, pourtant je mange peu.
Pas envie.
C’est même étrange, car je dois brûler environ 14000 calories à la seconde, ce qui représente deux petits sangliers rôtis et leurs sauces béarnaise, un kilo de châtaignes et sa sauce tartare, trois avocats et leurs sauces mayonnaise, douze religieuses au chocolat, et un café sans sucre.
Donc, efforts longs sans nourriture = hypo
Allez, régalez-vous avec ces 30″ de bonheur qui ne vous lâcheront plus de la journée, et surtout qui vous accompagneront lors de vos…Hypoglycémie

Capture d’écran 2015-02-16 à 09.00.15
Cependant, je vous rassure, après quelques jours, je mange littéralement n’importe quoi.

« Ipo i taï taï yééééé, ipo i taï taï yééééé ! »

Insistons une minute sur le « n’importe quoi » – le « n’importe nawak » pour mes plus jeunes lecteurs, voulez-vous?

« Ipo i taï taï yééééé, ipo i taï taï yééééé ! »

Rentrer dans un supermarché devient une quête absurde de produits immondes composés de E de toutes les couleurs et de trucs « polyhydrosaturés-si-ça-s’trouve« .

« Ipo i taï taï yééééé, ipo i taï taï yééééé ! »

Sachant qu’en tant normal je passe plus de temps à lire les étiquettes qu’à remplir mon panier quand je vais faire mes courses, c’est mal !
Capture d’écran 2015-02-16 à 08.57.38
Je me suis déjà vu ingurgiter en l’espace de deux minutes: des bâtons de surimi avec du jus de fraises chaud (enfin tiède on va dire), du saucisson (tiède là aussi) avec des carrés de chocolat (fondus, à l’occasion), du Coca et du choux rouge, des saucisses Knacki et de l’Orangina, et des foies de volailles crus baignant dans du beurre d’escargot rance.

« Ipo i taï taï yééééé, ipo i taï taï yééééé ! »

Des mélanges improbables dans la vie quotidienne, je vous le dis,  mais qui à ce moment précis n’ont eu que peu d’importance hormis, celui très concret, de recharger mes batteries.
Capture d’écran 2015-02-16 à 08.56.08
Durant le voyage, au fur et à mesure que celui-ci avance, je tombe dans une routine alimentaire, et je mange souvent toujours la même chose.
En fait, je me nourris plus que je ne mange.
Ça doit être l’instinct de survie qui refait surface.
À noter que mon instinct de survie me pousse souvent à faire des choses innommables ici.

« Ipo i taï taï yééééé, ipo i taï taï yééééé ! »

A l’occasion tout de même, je profite du nombre incalculable de marchés villageois qui foisonnent en France pour m’acheter un truc frais et local: fromages, fruits et légumes du maraîcher local, et fraises « Tagada tsoin tsoin ».
Capture d’écran 2015-02-16 à 08.58.15
Ainsi, je sais que ma nourriture sera pour les prochains mois très riche en féculent.

« Ipo i taï taï yééééé, ipo i taï taï yééééé ! »

Les pâtes et le riz par kilos en étant le pilier.

« Ipo i taï taï yééééé, ipo i taï taï yééééé ! »

Capture d’écran 2015-02-16 à 08.54.38Capture d’écran 2015-02-16 à 08.54.38Capture d’écran 2015-02-16 à 08.54.38

Pour m’aidez c’est ici: http://www.kisskissbankbank.com/jamais-sans-mon-fils

Publicités

Une réflexion sur “ Les sucres riz d’un « mille-pâtes » ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s