JSMF – VIENNE BIS

Quand je dis que je dors mal et peu, c’est que vraiment je dors mal et peu…Quelques heures par nuit depuis quinze jours. Savoir Shrek à côté ne m’a pas vraiment aidé. Ça mange quoi un ogre ? Des chats j’espère. En tout cas, hier, quand le monsieur aux cheveux azur m’avait laissé, il m’avait clairement dit que je pouvais faire comme chez moi et me servir. Sauf que ce matin, en ouvrant le frigo, il y avait un petit papier dans l’assiette de viande : « Demandez avant de vous servir ! » : oups ! La viande (j’ai dû en prendre deux grammes) appartenait à Shrek !

Donc levé très tôt, j’ai eu la bonne suprise d’avoir un mail me disant que je pouvais rester chez une autre personne pour ce soir. J’ai aussitôt répondu par l’affirmative, tenant à me rapprocher du centre ville et surtout éviter de rencontrer le gros monsieur tout vert à nouveau. J’ai tout de même pris mon temps pour m’occuper de diverses petites choses administratives (notamment du visa Iranien) et alors que j’allais quitter l’appartement, Michael, l’homme aux cheveux bleus, est sorti de sa chambre…Décidément je n’avais rien compris la veille, car je pensais qu’il dormait ailleurs. On s’est retrouvé à discuter un bon moment avant que je ne le quitte. Il a même eu l’occasion de mon montrer son « vélo couché cargo ». Un prototype très original – même si le poids de 12 tonnes et la longueur de 14 mètres en fait juste un vélo rigolo pour faire un kilomètre.

En quatre jours, j’avais traversé des villes désertes et la veille quand j’avais traversé Vienne, en ce lundi de Pâques, c’était mortellement vide. Pas de passants quelques touristes, les magasins fermés quelques restos ouverts, pas de voitures quelques calèches en fonction, pas de chats à écraser, rien. En revanche, ce matin, le chaos propre à toutes les villes du monde de l’ouest était revenu. Il m’a fallu slalomer entre les voitures, tourner à droite, puis à gauche, puis revenir sur mes pas, pour arriver chez mon hôte du jour. Je n’ai rien réussi à écraser non plus. L’Autrichien est très respectueux des feux pour cyclos. Même quand il n’y a pas UNE seule voiture aux alentours, l’Autrichien attend que le feu pièton tourne au vert. Incompréhensible pour moi, mais ne tenant pas à devoir expliquer à un policier que je ne suis pas du coin, je ronge mon frein (de vélo) et attend comme un couillon. Pfff !

Gérard Lenorman a dit : « On sait ce que l’on quitte, mais on ne sait pas si ça va être mieux ou pire… » Quand, je suis arrivé dans cet appartement très central, je me suis dis que…Euh, comment dire, que j’étais peut-être pas si mal avec Shrek. L’appartement très grand était partagé par mon hôte, sa copine autrichienne, et deux Italiennes. Comme ça, ça fait rêver non ? Deux Italiennes…ouah…

Bon, si j’avais eu 20 ans de moins, peut-être que, peut-être que, sauf que la gentille assemblée, installée dans la cuisine, hippie à souhait, fumait cigarettes sur cigarettes tout en découvrant le « vieux monsieur cycliste » devant eux. Après un rapide tour du lieu, on m’a proposé de partager ma chambre avec les Italiennes (véridique) ou alors de prendre le canapé. Bien entendu, j’ai opté pour le plus calme et bien crade…canapé. J’ai déjà vu des lieux crades, mais alors là, ça bat des records. Si je ne chope pas une maladie genre la « canapistose foudroyante » ou une « salledebainoïde dorée », j’aurais de la chance. Mis à part ça, ils sont tous supers sympas hein, parlent tous douze langues et cinq dialectes (franchement c’est dingue !), sont généreux, curieux, et ouverts.
Avec eux j’ai le sentiment d’avoir 25 ans à nouveau, les cheveux en moins. C’est juste bête qu’ils fument tous…du tabac –  pour le moment bien que je ne doute que l’herbe doit aussi circuler.

J’ai profité de cette journée off pour me balader dans la ville de Vienne…à pied, mais je dois reconnaitre que même si j’ai beaucoup aimé les gros bâtiments colorés avec des moulures extérieures, je me suis vite lassé de prendre en photos ceux-ci. Touristes parmi les touristes, j’ai erré, laissant les gens virevolter autour de moi, leurs nez sur leurs téléphones portable ou/et dans les cartes touristique. Vienne est belle, mais pourrie d’enseignes que l’ont retrouvent partout dans le monde. Je ne m’y suis pas retrouvé. Il aurait fallu beaucoup plus de temps pour découvrir la ville, donc mon évaluation est la même que si j’avais fait à Paris, les Champs, Montmartre, et le Louvre. Perso, j’ai mille fois préféré les bords du Danube et son côté sauvage.

Ainsi, après deux heures en ville, je suis revenu à l’appartement pour écrire. Je me sens é-pui-sé. Il a fait froid encore aujourd’hui avec du vent bien fort encore. J’ai une oreille qui me cause des soucis, je n’aime pas ça. Demain, je file vers Bratislava. Après la France, la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche, voici la Slovaquie pour simplement une jour puisque dans deux jours, je serais en Hongrie – au sud de Györ pour filer vers la frontière Serbe. Si les noms de villages étaient jusque là difficiles à prononcer, là, ça va devenir impossible.

Bye bye l’Europe de l’Ouest bonjour l’Europe de l’Est. Désormais se faire héberger risque d’être plus compliqué et les connexions Internet vont aussi être aléatoires, je pense.
Un nouveau voyage commence, en attendant, je vais aller retrouver l’auberge espagnole dans laquelle je suis tombé…
Quelques photos:

wpid-dsc02775.jpgwpid-dsc02787.jpgwpid-dsc02783.jpgwpid-dsc02784.jpgwpid-dsc02779.jpgwpid-dsc02785.jpgwpid-dsc02789.jpgwpid-dsc02782.jpgwpid-dsc02791.jpgDSC02776

Publicités

18 réflexions sur “ JSMF – VIENNE BIS ”

  1. Il faudrait que tu te trouves une compétition de course à pieds à faire. Il doit bien y avoir l’équivalent en Autriche « Des courses du boudin Solognot » ou « Foulées d’Halloween » (à faire avec ton pote Shrek).
    2 avantages : tu pourras bénéficier des ravitaillements à volonté pour te nourrir à pas cher et tu trouveras peut être le sommeil avec ce surplus d’activité physique.
    Gros bisous aux Italiennes !

    J'aime

  2. Salut Squal,
    merci pour cette visite au bleu electrique de la ville.
    Prends du temps pour te retaper…
    Il me semble avoir lu quelquechose du genre : « Qu’importe les tempetes les vents et les marées, toujours l’homme avisé s’accorde le repos… »
    c’est une guideline en boulange…comme en voyage de ouf 😉
    Take care bro.
    On pense a toi
    SOLOMOJU

    J'aime

  3. Hello Pascal,
    A te lire, me revoilà 25 ans en arrière. Et oui, la jeunesse autrichienne est déconcertante. J’ai fait moi aussi de drôles de rencontres, mais j’avais à peu près le même âge qu’eux, donc plus simple de se raccorder !!! Les cheveux bleu sont raccord avec le Graaaaand vélo jaune et malgré le CradeNapé dans le CafardNaüm de l’auberge EspanItaliChienne, j’espère que tu as pu profiter avant l’inconnu de l’est. Comme ils disent « adVienne que pourra » !
    Pour ton sommeil, il faut vraiment que tu trouve le truc qui fasse que tes temps de repos soient plus long …
    Bonne route à toi & Ned, bises à la miss
    Olivier

    J'aime

  4. Mince alors, j’avais des préjugés sur l’Autriche !
    On a hâte de découvrir avec toi Brastislava !
    Belles flâneries danubiennes !
    ça devait être plus calme (le tout est de sortir de la zone urbaine et industrialisée de Vienne j’imagine).
    Sous le soleil.
    PS : tu crées des émules : Marc, mon fils de 11 ans a changé ses roues, les braquets et la potence de son vélo. Il prépare la remontée de la Loire cet été jusqu’à Saint-Brévin avec son grand frère, son papi et Nelly ! Et lit « le tour du Monde en 80 jours à vélo », de Guillaume PREBOIS !

    J'aime

  5. Bon courage pascal pour la suite de ce voyage. L Europe de l est va sûrement être différente et effectivement les hébergements difficiles à trouver.
    Bon te connaissant tu vas bien trouvé des endroits sympathiques.
    Bonne route et a demain pour de nouvelles aventures pour toi
    Nous c est la routine 😄

    J'aime

  6. I can’t believe you chose the couch! In that respect, I am very worried about you 😉
    Sorry for being redundant, but your writing is always amazing!
    I am waiting for your post everyday and never get board reading it (despite the unavoidable negative part).
    Thank you again
    TTYL

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s