JSMF – BRATISLAVA – KISBER

Je suis à Kisber en Hongrie.
C’est bon allez-y chercher sur Glouglou map.
C’est bon ?
Il a fait beau.
Il a fait doux.
J’ai eu le vent dans le dos quand même pas mal de fois, j’ai bien mangé, je ne me suis pas perdu UNE seule fois (une première), les monos de la colo sont sympas, et je ne comprends vraiment rien au Hongrois.
Voilà, une belle journée qui vient de se terminer.
J’ai fait 124 km à une moyenne de dingue. Une moyenne de dingue compte tenu du chargement hein !

Ce matin, levé à nouveau de bonne heure, mon oreille semblait aller mieux, j’avais simplement des pertes d’équilbre et des évanouissements à répétitions. Normal.
Tiens, j’ai perdu huit dents la nuit dernière, bah, celles de devant ne servent à rien il semblerait.

Sinon, je suis parti sous un beau soleil de Bratislava. La route d’aujourd’hui fut assez monotone pour ne pas dire bof bof. Pas les plus beaux paysages traversés depuis mon départ. J’ai simplement pris beaucoup de plaisir à me poser longtemps au soleil dans les villes de Monsonmagyarovar (allez-y prononcez moi ça) et Gyor (là aussi c’est sympa). J’ai même mangé une glace à la…aux… avec des…enfin une glace rose et sucrée.
Non, mais c’est fou…Y’a une semaine, je prenais de la glace sur la tronche, et là…Bon, ce ne fut pas la canicule non plus, mais les gens autour de moi mangeaient des glaces, j’ai fait comme les locaux, j’ai mangé ma glace.
A Vienne, j’avais mangé des saucisses…En Serbie ça sera ??? Du chat grillé ?

En revanche de Gyor à Kisbel, où je suis actuellement, ce fut galère. Malgré les panneaux de signalisation stipulant bien :  « Interdit aux carioles à chevaux, aux tracteurs, et aux vélos », j’ai quand même pris la route au milieu des camions et des voitures.
32 kilomètres à serrer les fesses.
Franchement, pas agréable de serrer les fesses sur une selle.
Je n’ai pas fait le malin…

En arrivant à Kisber, sachant qu’il était l’heure de me poser, j’ai décidé de tenter ma chance auprès de deux femmes assises dans un parc en train de papoter.
Le sketch :
J’arrive avec ma carte de la Hongrie (pour bien faire comprendre que je ne tiens pas à les égorger et boire leur sang à la paille), et puis la carte du Loiret n’aurait pas été d’une grande utilité.
Je balance mon fameux : « English ? »
Elles me répondent un truc dans le genre : « niet poutchatkatégorgékimaly pensse »
J’explique tant bien que mal que je cherche un camping, un lieu de camping même, et si je peux même me poser là dans le petit parc. Voyant mon désespoir (j’ai vomi aussi) , elles décident de m’amener au restaurant en face où se trouve une jeune fille qui parle « ingolo ». Je réussis enfin à raconter ce que je cherche, je raconte mon histoire du papa qui va à Dubaï à vélo, elles vomissent, et bla bla (en Hongrois). Je demande même si je peux aller camper chez elle à un moment de la conversation (je suis devenu sacrément gonflé maintenant), mais elles décident de passer un coup de fil à un hotel. Je dis bien que je ne tiens pas à payer quoi que ce soit, mais elles m’assurent que c’est gratuit.
Cool.
Elles m’expliquent comment y aller, mais je leur dit que je veux qu’elles m’accompagnent. Pendant tout le trajet s’en suit un dialogue de sourd fort rigolo – c’est une constante depuis la Suisse, les gens s’évertuent à me parler en pensant que je comprends.
Ça doit être mon sourire niais.
Bref, arrivé à l’hôtel, je m’installe rapidement, et la gérante de la piscine couverte de l’hôtel (une très grosse dame) me propose une douche !
Royal !
En sortant, elle m’offre même une pomme, de la drogue, et sa fille vierge.
Voilà, comment, je suis douché, je fais du camping sauvage dans le jardin d’un hôtel, petit mais classieux, comment j’ai réussi à choper aussi l’Internet de l’hôtel.
Là, je vous écrit dans le noir, collé au mur because y’a des prises de courant, et ça commence à cailler sérieusement.
Le seul point négatif  ici (ouais, y’a toujours un truc), c’est que j’ai le sentiment de dormir à la SPA proche du périphérique parisien à 7h30 un mardi.
Très bruyant quoi  et en plus les toutous se lâchent !

Demain, je file vers Szekesfehervar (bon courage pour prononcer ça) et après direction Solt et Kiskoros (mais ça fera loin quand même).
Je pense être en Serbie dans deux jours, à Subotica (pour ceux qui veulent avoir une idée.)
Merci à nouveaux pour vos commentaires, ils font toujours très plaisir.
Ah dernière chose, fini l’Euro, bonjour les Forints…Ned et Djena vont bien…Ah non, Ned a vomi !
Bon j’espère que je vais arriver à publier ça…y’a hier aussi !
image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Publicités

22 réflexions sur “ JSMF – BRATISLAVA – KISBER ”

  1. Coucou Pascal
    Yes , j’ai reçu avec un immense plaisir ta carte de Vienne , Merkiiiiiiiiiiiiiiiiii ….
    Ici GRAND beau , je te souhaite la méme chose pour la suite de ton périple .
    Tout mes encouragements
    Bz Bz bz
    Le Bourdon
    « Pascal »
    Ps , j’ai bien penser a toi aujourd’hui , j’ai fais 10 kms …..LOL

    J'aime

  2. Coucou Pascal.
    J’espére que le soleil va te suivre tout en douceur.Cool quoi.
    A la piscine ce matin,j’ai perdu pied et je me suis mise a pédaler.C’est dingue, à force de lire le nombre de km que tu as parcourus, je pédale tout le temps.Allez bon courage Pascal et prend soin de toi.
    Bises.Jacqueline

    J'aime

  3. T’es aussi prolifique à écrire qu’à avaler les kilomètres.
    C’est super sympa de lire tes aventures chaque jour!!
    En plus comme ça, on peut crâner en société parce que nous on connait « un-gars-qui-fait-un-truc-de-ouf » !!!! 😉
    Cрећно Pascal !

    J'aime

  4. Tu as enfin du beau temps pour continuer ton périple ! J’espère que cela te permet de mieux profiter des nombreux paysages qui tu découvres au jour le jour. Bonne continuation

    J'aime

  5. Camper dans le parc d’un hôtel : la classe. De retour en France, il faudra demander en hongrois à la réception du Ritz si vous pouvez planter votre tente place Vendôme !

    J'aime

  6. Ça vaut combien de forints une glace pareille ? Tu nous épargnes les considérations techniques, ce ne doit pas être simple de tout conjuguer.
    Hôtel de ville, places, barres d’immeubles, tout semble démesuré, ils voient les choses en grand à l’Est !
    Paraît que « Ce qu’on voit nous change » (C. BOBIN)…Que dire de ce nous mangeons ? Ne crains-tu pas de devenir tout rose ?
    Subotica… Aïe Caramba, c’est loin… Speedy Gonzales ne ferait pas mieux, sombrero au vent ! (au passage je comprends mieux ton aversion pour les chats !)
    Revirement sud-est, si je comprends bien, et adieu beau Danube bleu. Ah non, une dernière traversée à venir.
    Merci pour la bonne humeur !

    J'aime

      1. Ahhh
        Oui.
        Non
        Oui et non….
        pfffffff pas facile
        ta suggestion évoque surtout une question en moi :
        que se passerait-il si tout se valait?
        pas droit au joker j’imagine…..interlude….
        peu importe la direction tant que le sens est bon ?
        Merci pour l’échange, je continue de creuser (à défaut de pédaler)
        Belle journée à toi
        PS : j’ai demandé à Marc si ce n’était pas trop dur de monter/démonter la tente tous les jours (ou presque), il m’a dit que le montage de la tente était son meilleur moment de la journée en raid vélo, tant il a hâte de se reposer. Tu partages ce point?

        J'aime

  7. You are the best pascal?
    The King de la débrouille
    Excuse moi pour mon anglais pas encore au top 😄
    Bonne route
    Les playmobil ont fait des petits en route ou pas 😂

    J'aime

  8. If you ask an hungarian, he would suggest Palinka as a medicin for everything, it is a fruit brandy usually made of apricot (barack) or cherry ( cseresznye), lot of people at the countryside make their own.
    The german remedy (remede de grand-mere) against pain in the ear is onion, cut in small pieces, then put into a piece of cloth, make it warm a little bit over steam and then put it over night onto the hurting ear. Next day you smell like a french restaurant serving Soup a l’oignon, but…..if it helps…..
    As a half german/half hungarian I would suggest a good glas of Palinka first and then the onions…
    And here a very suitable sentence for tomorrow night:
    Kereseg egy kemping: I’m searching for a camping

    Jo napot (good night)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s