JSMF – BELGRADE – GOLUBAC – KLADOVO

Mardi 14 avril
J’aurais pu vous parler de mon réveil matinal…très matinal puisqu’il était à peine 6h.
J’aurais pu vous parler du départ de Belgrade à vélo avec mon hôte du soir – au moins je n’ai pas eu à galérer pour trouver ma route.
J’aurais pu vous parler des jolis vergers traversés durant une grande partie de la journée, mais ça va faire deux jours que je suis dans les vergers, Michel…ok, je sais elle est nulle !
J’aurais pu vous parler du vent froid et fort qui m’a bien poussé aujourd’hui puisque je suis arrivé à Golubac ( en passant par Smederevo et Pozarevac) et après 135 km.
J’aurais pu vous parler du fait que je me sens nomade désormais.
J’aurais pu vous parler de l’immense plaisir de traverser les petites villes Serbes, cela restant mes moments préférés.
J’aurais pu vous parler de la merde d’oiseaux que je me suis prise sur le visage, et de la crise de rire qui s’en est suivi en m’essuyant la joue.
Oui, j’aurais pu vous parler de toutes ces choses-là, mais je vais me concentrer sur la fin de journée.

Arrivé un peu avant 18h dans le village, j’ai immédiatement cherché un coin où me poser. En fait, mon hôte de la veille m’avait (sur ma demande) écrit sur une feuille de papier : qui j’étais, ce que je faisais, où j’allais, ce que je cherchais, et que si on ne m’hébergeait pas je brûlerais maison, violerais femmes, et égorgerais enfants et chats. Ce n’est donc pas un coin de camping que j’ai cherché, mais plus des gens pouvant éventuellement m’accueillir chez eux au mieux, ou dans leur jardin, au pire. Les premières personnes furent deux femmes qui papotaient au bord de la route, malheureusement, ce fut un échec, même si j’ai pu aussi expliquer mon histoire en anglais à l’une d’entre elles. J’ai ensuite filé dans le petit centre-ville et j’ai fait la même démarche auprès de deux jeunes filles bossant dans un café, mais là aussi, ce fut un échec. Loin de me laisser abattre, j’ai continué pour faire ma demande auprès de deux jeunes types dans un bar, mais encore fois, échec. Finalement, je me suis retrouvé à faire toutes les rues à la recherche d’autres personnes. Je suis finalement arrivé au niveau d’une maison au bord du lac quand j’ai vu un type en train de bricoler. Au même moment, un père promenait son enfant de 18 mois. Sortant mon petit papier, j’ai laissé à ce beau monde le temps de tout digérer, et j’ai prié pour que ça fonctionne.  J’avais le sentiment quelque part d’être l’acteur de « J’irai dormir chez vous », sauf que pour moi c’était la vraiment vie, pas de scénarios, juste normal. Vraiment. Cette quatrième tentative fut la bonne. Je ne vais pas mentir que cela les a un peu surpris, mais comme je ne demandais qu’un coin où poser ma tente, je les ai rassurés. Bref, loin d’en avoir terminé avec cette histoire, j’ai commencé à monter ma tente, mais rapidement, le type m’a dit que je pouvais m’installer à l’étage de leur maison en construction – je serais à l’abri au moins, car la nuit s’annonçait froide. C’est donc en passant par le poulailler et une zone en construction un peu glauque que je me suis retrouvé dans une pièce, elle aussi en construction. Je m’en fichais, je n’avais pas eu à monter ma tente. J’ai pu bien m’installer, manger tranquillement, et tandis que j’allais me mettre à écrire, on est venu me chercher. Ce fut le second effet kiss cool. La première femme que j’avais sollicité lors de mes recherches était présente au même titre que la famille (trois enfants sur quatre) et le grand-père. Je me suis retrouvé pour la soirée à me voir offrir : des œufs de Pâques ( et à jouer avec…je vous expliquerai), d’excellentes pâtisseries, et de la bière tout ça dans une atmosphère enfumée comme d’habitude – si après ce voyage je ne deviens pas suppoter de foot avec l’alcool que l’on m’offre, je me rase la tête. Ce fut réellement une super soirée. Ce sont les échanges très difficiles qui sont rigolos en fait. J’aimerais échanger, mais j’avoue que mon Serbe est très moyen. Alors que j’allais remonter « chez moi », on m’a proposé une douche : super, et on m’a demandé à quelle heure, je voulais le petit-déjeuner demain matin. Non mais sérieux…Seriez-vous prêts vous à accepter un français petit, vieux, et chauve ( et bien tanné désormais) chez vous et à lui offrir « beaucoup » ? Eux l’on fait, et ce soir je dors chez eux…

image

Mercedi 15 avril
J’aurais pu vous parler du départ matinal dans la fraicheur…purée que j’ai caillé ce matin.
J’aurais pu vous parler des attaques de chiens plus nombreuses ces derniers jours.
J’aurais pu vous parler du grand nombre de stèle sur le bord des routes en mémoire des accidentés.
J’aurais pu vous parler de mon appétit qui ne cesse de croître.
J’aurais pu vous parler des 19 tunnels traversés aujourd’hui.
J’aurais pu vous parler de la quantité importante de bouteilles en plastique et autres bidons qui flottent sur le Danube – les berges sont très crades.
J’aurais pu vous parler des ascensions à 10% que désormais je monte avec (presque) aise.
J’aurais pu vous parler de la vitesse de 69,1 Km/h atteinte aujourd’hui – ok, sur ce coup-là, j’ai été un peu inconscient car avec le chargement et cette vitesse, je n’ose imaginer la chute (mais bon y’avait une voiture devant et je voulais faire la course : je m’amuse comme je peux/veux !)
J’aurais pu vous parler des paysages réellement superbes traversés sous le soleil…On aurait dit les Gorges du Verdon  à certains moments. Sublime.
J’aurais pu vous parler de ma rencontre avec mon second cyclo.
J’aurais pu vous parler de ma rencontre avec un marcheur français faisant Budapest – Istanbul (cette année puisqu’il fait par petits bouts, Strasbourg – Jérusalem.
J’aurais pu vous parler de mon arrivée à Klavodo après 128 km.
Oui, j’aurais pu vous parler de toutes ces choses-là, mais je vais me concentrer sur la fin de journée.

J’avais envie de m’offrir un camping, une bonne douche chaude, un massage aux huiles essentielles par une jeune serbe aux mains douces, et une excellente connexion Internet. Arrivé à Klavodo, juste en face de la frontière Roumaine (un euro s’il vous plait) que j’ai suivi la journée, j’ai commencé mes recherches. A la boulangerie on m’a dit que je pouvais m’installer n’importe où sans aucun problèmes, sauf que moi ça ne me plaisait pas le  « n’importe où », et surtout le « padipwoblem missié ». Du coup, je me suis posé en ville pour boire un « piti » Coca et discuter sur Skype avec mon fiston. Alors que je terminais ma conversation, deux types derrière moi m’interpellent et me demandent si je suis français. Bah oui ! Il s’en suit un petit échange, je m’installe avec eux, et il s’avère qu’un est roumain (un euro s’il vous plait) et que l’autre est français. Il ne faut pas longtemps avant que je me fasse offrir un bon gros hamburger Serbe. Cool ! Je remercie ces deux personnes et file à la recherche d’un lieu où dormir. C’est mon stress quotidient. Toujours avec mon petit papier, je m’arrête devant trois petits papys. Echec, ils m’envoient à vingt kilomètres. Cependant, loin de renoncer, je continue ma prospection. Après seulement un kilomètre, je repère des maisons, je tourne, et c’est alors qu’une dame me hèle et m’invite chez elle. Bah voilà, j’ai trouvé mon lieu pour la nuit : cool. Tandis que le mari bosse dans le jardin, moi je dine sur la terrasse, elle m’apporte du thé avec du miel, des œufs (je me cogne les restes de Pâques de tout le monde), et une serviette pour la douche. Ce soir, je dors donc au chaud, dans une chambre avec un vrai lit. Je n’ai quasiment pas vu la dame et son mari, et à l’heure où je vous écrit, je suis installé sur le balcon de la maison. Il n’y a pas Internet c’est juste dommage. Deuxième hébergement chez l’habitant et celui-ci est vraiment top ! Incroyable.
A croire que cette dame m’attendait.
Petite anecdote, c’est le mari porte le même prénom que le type d’hier : Zoran !

Demain, je passe en Bulgarie, aire de changement. Changement de pays, de monnaie, de langue, de culture, et…d’heure aussi. Je perds une heure.

Je suis retourné en ville pour choper une connexion Internet et donner un peu de nouvelles…peu de photos, car ça passe mal

image

Publicités

18 réflexions sur “ JSMF – BELGRADE – GOLUBAC – KLADOVO ”

  1. Salut bienheureux nomade !
    Oui, j’ai l’impression que ta dynamo tourne à plein régime, on reçoit le courant jusqu’ici !
    Le bonheur d’être ? ça tient à un rien et à beaucoup de gratuité dans la rencontre, merci pour le partage !
    c’est chouette les paysages verts aussi !

    J'aime

      1. Salut,
        Oui et non pour répondre à ta question.
        De l’espérance. Y a une nuance subtile. Mais c’est l’intention qui compte.
        En russe, se dit « Nadedja », prénom féminin. Rien à voir avec Djenna ( « Dieu fait grâce »).
        T’as piqué les lunettes de Shreck?!

        J'aime

      2. mince alors
        fichu miroir….
        espérance : tu t’en sors pas si mal…(enfin, je dis ça… j’ai pas l’odeur….)ET … on peut éviter les miroirs !
        météo locale : grisaille après 2 jours tout bleu.
        si j’osais…je me permettrais bien une dernière question….
        allez j’ose…
        Tu vas passer à Izkrest? moi, je ferais un détour : ville natale de Sylvie VARTAN, crotte, elle a quand même chanté « Danse ta vie ! « , adaptation de Flash Dance, j’adorais dans les 80’s !

        J'aime

  2. Ces hébergements chez l’habitant sont sans doutes les moments les plus riches d’un tel voyage. Et les Yougoslaves sont très accueillants (ah ça n’existe plus la Yougoslavie ?). Bonne route.

    J'aime

  3. C est du bonheur en barre de te lire, un petit rendez vous quotidien a ne pas manquer!! Merci pour ce partage qui nous fait voyager, prendre du recul sur nos vies et qui nous permet de passer un peu de temps avec toi. Ben oui tu nous manques!! Prend soin de toi. Bisous

    J'aime

  4. Tellement Merveilleux ces rencontres… C’est dans le lâcher prise, l’abandon total et la confiance que la Vie s’exprime intégralement…
    Chaque Chemin est un miracle !!!
    Merci pour le partage.
    C’est bon de te lire
    Enjoy Bro !

    SOLOMOJU

    J'aime

  5. Quelle aventure que tu vis là Pascal !! c’est formidable même si certain jours cela doit être rude de chez rude
    J’aurais pu te parler de pole-emploie lol …Toujours autant d’humour « j’adore » Ne change rien et je croise les doigts pour que tu rencontre encore des gens sympa prêt a t’offrir l’hospitalité .
    Bonne bourre
    Pascal 81

    J'aime

  6. Hi!
    Good to see that found hosts. I feel like you are getting used to your « routine ». I am happy for you.
    Does your son realize what you are doing? He must be looking forward to seeing you.
    Oh and by the way next week-end is our 10km at Aix. Anne-so Sarah and are running and Sophie comes along but just to support us.
    Have a good day
    Cheers

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s