JSMF – VIDIN – MONTANA et un peu plus loin.

Phase une
Je vous avais laissé hier soir, peu de temps avant que je ne quitte le café pour me diriger dans le parc du fort. Le type avait raison, c’était tranquille, et j’ai pu monter mon campement sans souci dans un coin isolé, et tirer mon feu d’artifice pour célébrer mon 16 avril, jour de la Saint Pascal (si je veux). Ce fut donc un camping sauvage paisible – bon d’accord, y’a toujours ces satanés chiens qui aboient sans cesse, mais je crois que le chien n’a que pour seule fonction de renifler le derrière de ses congénères et d’aboyer. Après, on peut aussi le manger contrairement à ces saletés de chats qui pour le coup, eux ne servent vraiment à rien !

En ce moment, je suis posé à l’ombre d’un pommier, le soleil est généreux et chaud, et en face de moi j’ai la chaine de montagnes enneigées entre la Serbie et la Bulgarie « Strara Planina » : c’est splendide ! Bon, avec le décalage horaire, j’ai eu le sentiment de me lever surper tôt alors qu’en fait autour de moi ça s’affairait déjà beaucoup. Mon petit-déjeuner sur les bords du Danube alors que le soleil se levait et que la douceur était présente, fut un moment très agréable. Peu après, je suis passé en ville pour une connexion Internet (yes, j’avais enfin un logement à Sofia) et j’ai filé en direction de Montana. La route E79 ou numéro one était déjà bien fréquentée à cette heure matinale. Après 20 kilomètres, il m’a fallu prendre une déviation quittant la route 1 (mais pas les très nombreux poids lourds et autres transports de voitures). A Arcar, ville à la mauvaise réputation en raison des gitans présents, je me suis acheté un sandwich à une petite boutique. Bon, je ne vais pas vous mentir en disant que j’ai un peu hésité à prendre un truc, mais les villages étant souvent déserts, je tenais à avoir à manger pour ce midi. Je me suis bien assuré que la chaine du froid était respectée et qu’une inspection sanitaire avait eu lieu dernièrement (en 1975 je crois) – la viande semblait rose et la dame a mis des gants et pris la viande du frigo : ouf ! J’étais rassuré. Bah oui, car manger de la saucisse et du fromage sans respecter un minimum la chaine du froid est important. Je viens terminer celui-ci, on verra donc plus tard. En revanche, je viens de faire la triste constatation : plus une bonne idée d’avoir du chocolat dans les sacoches et pas une bonne idée de s’être maladroitement renversé une boisson sucrée sur le cuissard et le t-shirt. Je colle. Les fourmis adorent ! Pff, je vais me coucher collant, fait chier !

Phase deux
Je suis désormais à Montana. Je viens de faire mon second café pour avoir un coin sympa avant de filer vers la ville de Berkovica où je vais tenter le camping sauvage à nouveau. La route de cet après-midi était défoncée…mais vraiment défoncée, dans le genre défoncée. Les camions avaient les amortisseurs à rude épreuve et moi, c’est mon dos et mes bras qui furent mis à dure épreuve. Je rêve d’un massage des lombaires. Ce n’est pas de nids de poules, mais des nids d’éléphants. Oui, les éléphants font des nids. De gros nids même, que même j’en ai vu tout plein partout dans les champs et sur les toits des maisons. Et c’est ce que m’a dit une personne croisée cet après-midi. Moi, je crois tout ce que l’on me dit, surtout quand c’est en Bulgarien !
Sinon, la réputation des Bulgares semble vraie…J’ai fait un premier café, et sincèrement j’ai cru que j’étais en 1948 en URSS – à noter que je n’ai jamais été en URSS en 1948, mais tout semble se prêter à une humeur de cimetière. Brrrr ! Le service était à mourir ou à se pendre (au choix), et quand j’ai demandé aux gens autour de moi s’ils parlaient anglais, j’ai eu deux fois la même réponse : NON ! Sauf que ces gens faisaient oui avec la tête…J’ai d’abord cru à une mauvaise blague (je suis blagueur quand même), sauf que tous ont fait ce NON, mais en fait OUI avec leurs têtes. Purée, ils me « confusent » moi !
Je n’ai pas beaucoup roulé aujourd’hui, mais avec l’état des routes, je ne m’en porte pas plus mal.

Juste une petite anecdocte croustillante…En arrivant à Montana, j’ai eu droit à de charmantes invitations de la part de charmantes demoiselles assises sur le bord de la route. Posées au milieu de nulle part, enfin sur le bord de la route, leurs invitations n’avaient qu’un but, vous l’aurez compris : une petite gâterie ! Sachant que la seule chose qui m’importe à cette heure de la journée est : un endroit où dormir SEUL, j’ai laissé passer l’occasion, pour continuer ma route. J’aime vivre « dangereusement », je crois que vous l’avez vu non (pas de douches en trois jours, des conditions d’hygiène douteuses chez certaines personnes visitées, des sandwich pas très frais), mais là, je pense que j’aurais vraiment pris de GROS risques.

Bon, pour ceux qui aiment suivre mon parcours…Parti de VIDIN, je suis passé par Dunavci, Arcar, Brusarci, Smirnenski, Slavotin, et enfin Montana. Je vais me diriger vers Berkovica, et là, je sais que ça va monter puisqu’il y a un beau col à 1400m. La météo se dégrade à partir de demain.
Je file vers l’inconnu pour ce soir, en espérant que cela soit vers une belle inconnue (pas celles de tout à l’heure hein, non mais !).
Demain Sofia pour deux jours.
Je crois avoir fait le tour.
Vos commentaires me font toujours très plaisir. Merci beaucoup, car même si je vous fais peut-être rêver, ce n’est pas aussi facile que ça…
Internet de daube…deux photos

image

image

Publicités

16 réflexions sur “ JSMF – VIDIN – MONTANA et un peu plus loin. ”

  1. INFORMATION IMPORTANTE : Je viens de lire dans « Femme Actuelle » que les boissons sucrées et le chocolat fondue attirée les femmes Bulgares alors ne mets surtout pas de chocolat dans tes sacoches et évites de te renverser du soda sur ton short.

    J'aime

  2. Now I remember that a friend of mine told me the same about the Bulgarians, they say no, but are nodding their heads. She speaks russian so she could communicate to some degree. And really nodding means no. ( And shaking the head means yes.)
    Same in Greece, where also the word for yes is « né », so it is quite confusing in the beginning.

    J'aime

  3. Bon, Pascal j’ai recherché mon atlas de 6éme, je commence a comprendre un peu le monde qui nous entoure.Je ne connaissais pas tous ces noms de villes et villages.Un grand merci, il est temps que je m’y interresse.Tu en baves, c’est sur mais tu vois c’est pas pour rien.
    Alors, ne lache pas tes pédales et courage vaillant cycliste.Bises

    J'aime

  4. le oui avec non de la tête, une des caractéristiques du continent asiatique (au côté de « everthing is possible »)… peut-être as-tu déjà basculé, sans t’en rendre compte, de continent culturel ! le Bosphore et la mer noire approchent
    pas toujours tout rose…c’est tout à ton honneur. C. BOBIN condense assez bien la même idée, je crois : « si mes phrases sourient, c’est parce qu’elles sortent du noir »
    bonne dernière ligne droite européenne !
    merci pour le coucher de soleil, par procuration, pfffff pas le temps ici

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s