JSMF – PESTERA – DOSPAT et ailleurs

Je vous avais laissé à Pazardzik, juste avant de filer dans les montagnes.
Après avoir roulé « un petit moment », je me suis posé dans un beau, calme, et sympa bivouac.
Un bivouac avec vue, à défaut d’un « balcon avec vue ». Pas de chiens n’est venu me pourrir mon coin à moi, juste le vent frais a fait que je me suis mis dans la tente de bonne heure – à 21h, j’avais éteint le groupe électrogène et terminé de lire une histoire à Ned et Djena (« Comment égorger un chat avec un fil à couper le beurre ou une grenade au plâtre ») – ils adorent.
J’espérais un levé de soleil de la plus belle facture ce matin, cependant la pluie nocturne et surtout les nuages matinaux sont venus ruiner cet espoir de la vue de la vie de ma mère !
J’ai ainsi hurler à la mort ma détresse en haut de la montagne !

Bien, j’ai pris presque 1h30 pour tout plier ce matin et filer sous la pluie dans les montagnes…ça caillait, ça caillait grave (il devait faire – 30°C avec du vent à 150 KM/h) et j’ai commencé par me faire une « entorse de la tête » (je vous expliquerai), ou plus précisément, en retenant mon vélo qui allait tomber, j’ai fait un faux mouvement, mais une vraie acrobatie pour éviter le pire. Du coup, j’ai un trapèze (muscle reliant la tête, le coude et la cheville) qui me fait balancer à gauche – je suis tordu (au sens propre comme au figuré).

Bon, je savais que ça allait monter aujourd’hui, et ce fut actuellement le cas.
30 kilomètres d’ascension dans leurs Alpes à eux, les Rhodopes. Je ne vois pas pourquoi, ils se sont fatigués à trouver un nom tel que Rhodopes alors le nom Alpes existait déjà…
Non des fois, les gens sont bien compliqués. Déjà, pourquoi ils ont pris les « yaourts Bulgares » ? Hein dites-moi ? Pourquoi pas « Yaourts nature » ?

Sinon, j’ai fait ma première vraie pause à Batak après 16 km de montée dans les gorges locales – avec quelques beaux passages à 9% (ça calme avec la charge).
En fait, je comptais la faire à cet endroit pour manger ma sucrerie grasse et crèmeuse que j’avais achetée à Pestera, mais un petit vieux m’y a invité, me hêlant de la main (ça se dit ça ?).
Sympa tout plein, avec quelques mots en français à son vocabulaire (évier, courbatures, et spéculos), il a été très prévenant avec moi. Je lui ai offert un verre de thé (j’ai toujours ½ litre de ce précieux breuvage pour réchauffer mon corps.) Quand je lui ai dit que je cherchais une autre sucrerie, il m’a alors invité dans une petite échoppe où se battait deux petits pains, et trois trucs à boire dans le frigo – dont la fameuse boisson de la veille (le truc à vomir). J’ai encore une fois eu le sentiment d’un mauvais épisode de:
« Bienvenue en URSS en 1968 – ou Pascal chez les Bulgariens  », tellement les étagères étaient désespérement vides. J’ai tout de même profité de la présence du monsieur comme gardien pour aller faire une courte visite afin d’avoir une « vue du haut » de la ville. Il était gentil cet homme, cependant, lorsque, content de cet échange, j’allais repartir, il m’a demandé de l’argent : mon innoncence a éclaté en morceaux et j’ai vomi. Sa prévenance n’était qu’intéressée ! Arf !

Je suis reparti dans une nouvelle ascension. J’avais plus de 10 km sur route déserte et très jolie. Sauf que les deux derniers ont été accomplis sous une tempête de neige…
J’ai  pu mangé à l’abri, thank God, avec un réel blizzard comme compagnon – la tempête de neige du jour d’avant la fin du monde si vous voyez ce que je veux dire.
Annoncer que ce fut aisé aujourd’hui, serait honteusement mentir. J’ai « pris cher », et plus d’une fois, lorsqu’entouré de neige à cailler comme un butor, je me suis dit que la « belle et peu fréquentée » route n’était pas forcément le meilleur des choix pour aller à Istanbul. En trois jours, je suis passé du printemps, à l’été, à l’hiver. Les mûrs de neige, la végétation endormie, et le froid (agrémenté d’un vent fort) ne m’ont pas invité forcément à la flânerie.
Là, tout de suite, maintenant, je suis posé dans un petit café à Dospat et je ne sais toujours pas où je dors. C’est LE méga stress du soir, surtout que ça caille. Le soleil est revenu, c’est au moins ça.

Je n’ai fait que 74 km, mais sincèrement, je ne me vois pas faire beaucoup plus. Je suis épuisé, le froid et la météo m’ont bien usés. Demain, je file vers Smoljan, et ils annoncent de la pluie et du froid…
Ouais !
Allez quelques photos d’hier soir et d’aujourd’hui…si ça passe.

DSC03266DSC03261DSC03259DSC03241DSC03283DSC03278DSC03248DSC03285DSC03282DSC03251DSC03277DSC03275DSC03238DSC03238

Publicités

12 réflexions sur “ JSMF – PESTERA – DOSPAT et ailleurs ”

  1. Je ne sais pas si te dire que chez nous il fait 25° et qu’on supporte mieux le short que le pantalon peux te mettre du baume au coeur ?
    Mais nous t’envoyons le plein de chaleur d’ici sur ta route bien fraiche de là bas.
    Pensée lumineuse pour toi…
    Bravo pour chaque centimètre avalé

    J'aime

  2. Pour le torticoli paracétamol pendant plusieurs jours. Mefie toi de leurs remède à base de griffes d’ours et autres truffes d’ornithorynques (animal peu fréquent en « boule gras rit » mais dont je te sais friand) .

    J'aime

  3. non d’un chien ! c’est vrai que tu te cognes toutes les météos possibles en un laps de temps record…Bon ben moi je vais prendre mon vélo pour aller diner en terrasse parce que franchement avec ce temps d’été je ne peux pas résister ! 🙂
    Allez Pif, bon courage pour la suite, je t’envoie plein d’énergie , mais comme tu en as déjà beaucoup, ca devrait aller, et merci pour tous ces récits.
    Take care !

    J'aime

  4. « je me suis dit que la belle et peu fréquentée route n’était pas forcément le meilleur des choix pour aller à Istanbul » : T’AVAIS PAS DIT QUE TU AVAIS CASSE TON RETROVISEUR?
    Faut positiver, au moins dans la neige, tu verras les ours arriver !
    Sympa la touche de violet ! Signe que le printemps arrive aussi dans la montagne

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s