JSMF – KARDZALI- IVAJLOVGRAD et un peu plus loin

Rappelez vous, je vous avais laissé hier après-midi, sous un beau soleil, posé à une terrasse de café en train de siroter un jus de noisettes à la chiure d’escargots.
J’avais décidé de me faire un bivouac.
Pour moi le bivouac comme j’ai déjà pu le dire est synonyme de liberté. Il doit être un endroit calme, reculé, plat, et beau. Sachant que je suis hyper-méga difficile (voire con, chiant, et obtus), ça devient vite un casse-tête voire un brin stressant. J’aime bien l’image du brin, mais en fait à mon humble avis, on pourrait le remplacer par une tige plus imposante, genre tronc pour mon cas. J’ai quitté Kardzali, sur une belle 2 x 2 voies, pour me retrouver assez rapidement à Momcilgrad. Le soleil était encore haut, il ne faisait pas trop froid, et j’étais confiant sur mon lieu de camping. J’ai donc commencé à regarder, épier, le « coin de rêve ». Il y avait des terrains plats, mais recouverts de moutons.
Qui dit moutons, dit berger, qui dit berger, dit chiens de berger, qui dit chiens de berger, dit méga emmerdements, voire agressions, attaques, saignements, hémorragie, agonie lente et seule,  et MORT.
Ce fut donc un big no no.
Alors, j’ai continué à rouler, et le temps a passé…et là, boum: côte. Pas la petite côte, non, non, le truc qui vous plombe les jambes et vous fait couler de la sueur dans le dos même par – 15°C. C’est à ce moment précis que j’ai commencé à me haïr, me maudire, me dire que sincèrement, je devrais être moins exigeant, que je devrais me contenter de peu, je devrais reprendre le sport, je devrais m’abonner à « Paris-Match », bref, vous avez compris, pendant super méga trop longtemps, j’ai cherché en vain un coin où me poser.
Finalement, après 6 km et deux vomissements, une ouverture dans la végétation, un chemin, et là, le SPOT où je suis posé le soir. Topissime.
Pas de chiens, pas de bergers, pas de gens (hormis la visite d’une voiture avec un couple à la recherche d’un coin tranquille pour partager leurs salives ou plus si affinités.)
Je l’avais trouvé mon coin, mais bon sang quel stress. Maintenant, le seul souci avec les bivouacs c’est que s’il m’arrive quelque chose genre crise d’elipepsi (ou coca, je ne suis pas difficile), si je me coupe un membre comme le genou en ouvrant un sachet de nouilles chinoise et bien je vous le dis, je suis mal, très mal.

Bon, je vous retrouve à Ivajlovgrad – une ville à la frontière Grecquienne où il y a de grandes chances pour j’aille me faire voir ce soir (à nouveau en camping sauvage.)
Demain, j’ai normalement une douche qui m’attend à Edirne, en Turquie.
Purée, je suis arrivé en Turquie à vélo…Non mais c’est dingue non ?

Que s’est-il passé depuis en gros (pas toi, lui) 24h.

Ça a commencé par un « coucou ».
Je rêvais.
Je rêvais que je venais tout juste, mais alors tout juste, de terminer mon collier en tortue de Luth, quand « coucou, coucou, coucou, coucou… » Vous l’avez deviné c’était cet oiseau migrateur, parasite à ces heures, qui perché à deux mètres de ma tente, a, pendant 32’41 (mon record sur 10 km), chanté comme un malade, jusqu’à ce que je ne sorte de ma tente et que je lui lance des pierres.
Tout nu, cela a dû le faire rire.
Bon, ensuite, ce fut le rangement, et là : la blessure. En ôtant une de mes sardines, les mains un peu froides, je me suis légèrement ouvert le doigt du milieu. Perte de sang abondante, vomissements, évanouissements, et réveil deux heures plus tard au milieu des moutons.
Je pense survivre, mais ce soir, je mange du boudin !

Bon, comme la veille j’avais bien monté, ce matin, j’ai bien descendu dans de jolis paysages.
Cela faisait quelques jours que j’étais dans une végétation de montagnes, là ce fut beaucoup plus minéral. Je suis arrivé dans la ville de Krumovgrad pour l’heure de ma pause café. Depuis que j’étais en Bulgarie, les villes et villages étaient souvent vides, mais là, ça grouillait de monde, ça bougeait, ça vivait.
Un régal de voir du monde et de regarder ces gens manger un Kebab ou hot-dog à 10h.
Enfin, pour voir de regarder les gens fut un plaisir.
Ensuite, une fois la bonne rigolade avec les panneaux puisque j’ai, en l’espace de 3 km, vu trois kilomètrages différents pour la même ville, j’ai retrouvé ma solitude de nomade et les forêts de conifères et de feuillus (avec ce vert printannier) jusqu’à Ivajlovgrad.
Je me suis régalé: le temps fut parfait pour le vélo, les paysages furent variés, et j’ai pris mon temps.
Je commence à apprendre à prendre mon temps, même si je me cogne de belles journées sur mon vélo.
Voili, voilà.
Je vous balance ça dans son jus…en espérant être cohérent.
Je file en Grèce pour la nuit et vous dit normalement à demain en Turquie.
Quelques photos en vrac d’hier et d’aujourd’hui à 16h30.

DSC03372DSC03374DSC03392DSC03405DSC03394DSC03391DSC03384DSC03380DSC03381DSC03392DSC03391DSC03390DSC03386DSC03387DSC03396DSC03399DSC03400DSC03403DSC03404DSC03410DSC03407DSC03369

Publicités

10 réflexions sur “ JSMF – KARDZALI- IVAJLOVGRAD et un peu plus loin ”

  1. Bonjour PASCAL
    Quelle santé !!!!!
    J’avais découvert ta vidéo un piti voyage a vélo 2014
    que j’ai beaucoup appréciée (quel humour !!!).
    Je découvre ton blog et je trouve ton aventure vraiment formidable.
    Je l’ai lu d’un trait et je me suis empressé de m’inscrire pour te suivre au
    fil de ton voyage.
    Bonne continuation et fait nous rêver avec ton récit et tes photos.
    Au plaisir de continuer a te lire
    Bon voyage et une fois arrivé, profite bien de ton fils car tu l’aura vraiment mérité
    salut

    J'aime

  2. Very funny your story about finding the perfect spot for the night. The problem is, you’ll never know, if you’ve already passed it or if it is going to come in some 100 m….or if it is becoming dark before finding it….
    Good luck!

    J'aime

  3. Pour faire suite a Lance , effectivement le sport conserve. Tu a des cuissots de …matador lol
    Tous mes encouragement pour la suite et surtout cool cool cool
    Profite !!
    Pascal

    J'aime

  4. Tu ne rigoles pas avec les bivouacs.
    Bon d après les photos tu as bonne mine ce qui veut dire que l aventure conserve ou le sport conserve
    Bon courage pascal

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s