JMSF – VAN 2

Je ne sais pas si c’est la brume ou bien la pollution, toujours est-il qu’aujourd’hui ce fut un ciel bien laiteux ici à Van. Sans un poil de vent pour chasser tout ça, j’ai vite opté pour la seconde hypothèse et j’ai pris mon lot de particules fines.

Privé d’électricité pendant une bonne partie de la matinée, j’ai longuement écrit, et j’ai filé en ville sans les sacoches, et mazette quelle différence quand même – Ne serait-ce que pour se déplacer au milieu de la ville.
J’adore ça me déplacer en ville à bicyclette.
Je fais n’importe quoi, roule n’importe où et n’importe comment, m’excusant souvent. Avec ma tête de tortue, ça passe bien.
Vous me direz, les Turcs ne respectent pas à la lettre, on va dire, le code de la route. Il faut croire qu’ils ont 12000 points à leurs permis de conduire. Un feu rouge grillé doit coûter 0,2 point tellement ça grille et crâme à gogo (oui comme le jeu).  Autant l’anticiper aux carrefours je vous dis pour éviter de finir plat comme une orange.

Enfin, les villes sont si vivantes, colorées, bruyantes, polluées,  chaotiques, désorganisées pour un occidental qui y mettrait les pieds pour la première fois que ça en devient excitant pour moi le touriste.
Ça bouscule quoi et en gros c’est le bordel !
J’ai donc trainé en ville, mangé au restaurant pour une misère, et filé visiter le château de Van. Enfin visiter est un bien grand mot, puisque j’ai juste trainé en ses mûrs. J’ai beaucoup aimé la vue au même titre que les martinets à ventre blanc qui me frôlaient. Franchement voir ces oiseaux arriver à flanc de falaise et me passer a à peine un mètre, à des vitesses de malades, était extraordinaire. Un grand moment d’ornithologie !

Sur le retour vers l’appartement, je n’ai pas pu m’empêcher de déroger à ma règle numéro un : prendre en photo par plaisir un chat  vivant !
Pas n’importe quel chat !
Le chat de Van aux yeux vairons. D’ailleurs j’ai trouvé ces yeux si extraordinaires que je n’ai pas pu m’empêcher d’en arracher aux châtons qui passaient à côté de moi.
J’en ai un sac plein ! (pour mes goûters)

Ma dernière soirée avec mon hôte fut très conviviale avec les trois jeunes. J’ai super bien accroché avec un des jeunes profs que demain, il m’a invité à venir dans son école faire une intervention en anglais.
Ça devrait être une expérience intéressante !

Je voudrais prendre quelques instants pour vous parler deux choses qui sont mon quotidien ici en Turquie, et cela avant que je ne quitte ce pays dans quelques jours…

Souvent je demande ma route.
Souvent, je m’applique à prononcer avec délicatesse et rigueur le nom des villes où je dois me rendre.
Lorsqu’il y a une syllabe : ça va, je gère et je ne me plante que très rarement. Exemple : Van, ou Mus.
Par contre, dès que les voyelles se mélangent aux consonnes avec des signes que je ne connais pas dans la langue française, ça ne rate pas.
« Mon bon monsieur, excusez mon outrecuidance, mais pourriez-vous m’indiquez où se trouve la ville d’Agri ? ».
Grattage de tête de la part de la personne sollicitée et départ en hurlant les bras en l’air. Ainsi, j’ai appris que le « ö » se prononçait « ch », le « r » : à, le « L » : t, le « é » : o, et le «ans » : roo. J’ai ainsi découvert qu’Orléans se prononçait donc Chatoroo : dingue non ! Enfin, je crois, car vous savez moi et le Turc hein ! Marseille, Lille, et Brest se prononcent aussi Chateauroux, ce qui est encore plus dingue. En revanche, Chateauroux ne se prononce pas : c’est le nom de la « ville interdite » ici, et les gens se signent et crachent à terre quand ils entendent son nom. Dans l’antiquité on y envoyait les supporters de foot ayant changé d’équipe durant la saison pour y regarder des matchs de curling Sénégalais. Drôle de coutûme je vous dis.

Deuxièmement, pendant mes longues heures passées sur la selle…de vélo, je pense, je regarde, j’observe, mon esprit fertile dérive, flâne, pas trop difficile me direz-vous tant mon imagination semble sans limites. Tenez par exemple, je ne peux m’empêcher alors que je me fais doubler par une voiture (pour les camions je baisse la tête, serre les fesses, et ferme les yeux) de relèver les derniers numéros de la  plaque d’immatriculation et de crier bien fort : « 13 ! Je sais : Bouches du Rhône » « 88 ! Vosges ! » « 36 ? 36 ? Euh, je sais je sais…Châteauroux, euh…36 ? Indre ! C’est l’Indre ! » et il en va ainsi pendant des heures. Or, car il y a « nor », les plaques ne sont pas toujours à deux chiffres d’où l’histoire de l’esprit fertile de tout à l’heure. 234 par exemple, c’est quel département hein ? Et bien je vais vous le dire : les « Côtes de Haute-Savoie », et le 643 ? Hein, le 643, c’est le « Jurois », département mitoyen avec le « Pas-de-Calvados » et « Lot-et-Calais ». J’ai ainsi découvert combien il y avait de départements méconnus. Je vous passe le « Vauclusois », la « Loire et Garonne », le « Finistèrois » et autres « Deux Ardennes Atlantique», « Haine »,  « Rallier », et autres  « Alpes de Basse Normandie du Milieu de la Terre de Gondor ».

Bon, je vais tenter d’aller dormir (plus de 5h), et vous jette quelques photos. Profitez de cet article pour balancer vos questions (si vous en avez) via les commentaires, car je doute qu’en Iran le Wifi soit aussi accessible. Demain, je suis à nouveau hébergé…normalement.

DSC04772DSC04787DSC04768DSC04784DSC04794DSC04793DSC04792

Publicités

14 réflexions sur “ JMSF – VAN 2 ”

  1. écoute ça, si tu te rases la barbe je crois que tu peux te fondre dans la peau et profiter du charisme d’une rock star iranienne… qui fait du vélo… sans béquille ni petites roues, si si !
    la preuve en image :

    J'aime

  2. Bahh non, pas de question. Pourquoi? Tout est clair. Merci.
    Juste intriguée par ta façon plus ou moins agile de te mouvoir en ville, ta tête de tortue barbue dans le guidon, honnêtement j’ai du mal à visualiser…
    Saisissant regard vairon… intriguée j’ai fait l’expérience de poser du calque de couleur bleue et jaune respectivement devant mes yeux : concluant, si si, bien ouverts, d’un seul coup d’un seul, j’ai vu la vie en vert ! La belle vie quoi, ce chat ! en plus il sait nager et peut profiter l’été des bains turcs dans le lac. ça se trouve, tu reviens en janvier et tu auras la joie de le voir faire des circonvolutions en patins sur le lac gelé, il est très agile, paraît que c’est un as. L’hiver est rigoureux dans cette zone, t’es passé pile poil quand il fallait, si si ! Les martinets au ventre blanc auront migré en revanche. Y aurait bien un pendant toutefois (c’est vrai, pas de belles histoires sans un « mais », t’as remarqué?)…et pas des moindres… les touristes …et leurs fixations…
    c’est bien connu les enfants procèdent par imitation…peut-être que si tu arrêtais avec les chats……moi je dis ça, mais je pourrais dire autre chose, comme…
    Ah si, une question jaillit tiens : tu ne mets plus ton sweat pat-
    agonie, rouge, j’ai l’impression ? Pourquoi? T’ y es vraiment allé?
    Paradoxalement, tu n’accroches pas ton vélo et tu t’accroches aux chats? je n’y comprends rien ! je rejoins David, ça ne me semble pas plus raisonnable que de descendre à 80KM/H, non? surtout si tu fermes les yeux quand un camion double, non?
    Finalement, les questions c’est comme le chocolat, faudrait pas commencer (sauf si on a de la volonté!.)
    Allez il est tard et demain je me lève tôt,
    See U

    J'aime

      1. Le Grand Sud, La Ceinture de Feu… ?
        C’est sûr, tu seras tranquille côté lancer de projectiles, avec une densité de 3,8 hab/KM2 !
        Ça grimpe pas un poil par là, non ? sans parler du vent à 160KM/H, t’imagine, dans le dos ? Le Condor des Andes…
        Gare à l’activité sismique aussi, y a encore un volcan, la Caldeira de l’Agrio…ça ressemble à l’autre !
        Un signe ?
        A toi de voir !

        J'aime

  3. Cha à l’air d’aller ! Dis voir une question que je me pose… à ,propos de ton vélo. Quand tu es en ville tu l’attaches ? Et quand tu fais du camping sauvage idem ? Pas trop de crevaisons ?
    Heu… 80 km/h avec ton chargement dans une descente c’est pas trés prudent je confirme !
    Bonne continuation 😉

    J'aime

    1. Merci, Je n’accroche jamais mon vélo en camping sauvage, car souvent je suis loin et seul (en plus de je dors avec des boules quies, c’est pour dire mon niveau d’inquiètude) En ville, les gens le gardent pour moi. Je fais juste attention…. Pour les crevaisons, comme je le disais, j’ai des pneus neufs et des chambres anti crevaisons…je croise les doigts

      J'aime

      1. ton adoration pour les chats semble sans limite. prends garde malgre tout meme si le shah a quitte le pays en 1979. quid de ton fidele piti velo? meme pas un bris de chaine, un derailleur casse ou un rayon? tu peux me repondre que tu as d autres chats a fouetter mais a la lecture de tes messages la flagellation n est q une mise en bouche. prudence et bonne raoute.

        J'aime

      2. Merci…les cyclistes me demandent tous, si j’ai cassé quelque chose…bah pour le moment hormis la béquille, ça semble tenir…Je touche du vois, enfin de la pierre, y’a pas de bois ici !

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s