JSMF – Zanjan 3

« On va partir vers 8h, demain matin » m’avait dit mon hôte, le petit, jovial, et rondouillard Amir. Nous sommes partis il était plus de 10h en direction du « jardin » comme il le nommait. Notre véhicule ? Une vieille Jeep ayant appartenu au magazine « National Geographic » : collector ! Il faisait déjà chaud, et je n’avais pas bien tout compris comment ma journée allait se dérouler . En fait, je ne comprends pas toujours très bien comment ça fonctionne ici. Je me laisse porter et fais une confiance aveugle aux personnes qui me guident. Le jardin donc était une grande propriété, un verger, au milieu du désert où les parents de mon hôte faisaient construire une maison secondaire. Petit havre de calme et fraîcheur à quelques kilomètres de Zanjan. J’y suis resté la matinée et une partie de l’après-midi  tandis que mon hôte y bossait. Ça me semblait si irréel de me trouver à cet endroit. L’accueil étant toujours génial. 

N’ayant pas à rouler aujourd’hui pour la seconde fois en deux jours, je me suis dit  que cela me manquait. Pas l’extrême chaleur, le vent de face, et toutes les autres galères, non, plutôt les déplacements quotidiens sur mon vélo au milieu de la nature, la liberté, les paysages, et le fait d’avancer.

 Les prochaines semaines je ne vais quasiment pas rouler, et je sais que cela va me manquer, que mon nomadisme va me manquer…je sens que j’arrive à la fin de « quelque chose ». J’ai pris du temps aujourd’hui (j’en avais) pour me replonger sur ce j’avais accompli (photos et écrits). Ce fut étrange. J’avais le sentiment d’avoir fait beaucoup et rapidement , mais de ne rien avoir accompli d’exceptionnel non plus.

Ce n’est qu’à travers les yeux des autres que l’on mesure le chemin accompli. Je ne suis qu’un cyclonomade de plus, un parmi les nombreux nomades qui se lancent un jour dans un voyage à vélo. Pour les autres, je suis tantôt un fou, un rêveur , un athlète , un vagabond, un aventurier, ou un touriste. Je pense être un peu tout ça à la fois. 

Bref j’ai été très content de retrouver mon pote Hollandais pour une longue balade en ville dans le bazar. On a tout les deux adorés, ce bazar étant bien loin de ceux plus touristiques visités auparavant. Vraiment un super moment où nous avons une nouvelle fois beaucoup partagé et beaucoup ri aussi. 

Depuis quelques jours, je vivais réellement ce pays et pour la soirée, nous sommes allés au restaurant, puis dans un bar (très rares ici, il n’y a que très peu d’endroits où l’on peut se poser) pour finir par retourner au jardin jouer au ping-pong et au babyfoot ! En iran ! Trop drôle .

Demain je prends le bus pour Hamedan (ça va être encore une expérience je pense) où je compte passer deux nuits. 

Il est plus de minuit, le vent est très violent et la température est tombée à un niveau de fraîcheur très agréable. 

À plus tard !

Publicités

5 réflexions sur “ JSMF – Zanjan 3 ”

  1. C’est certain pour la profondeur, mais je crois qu’il est plus aisé de mesurer la largeur et hauteur de l’extérieur (même si la pudeur,ou disons plutôt l’amour propre, si si, faut appeler un chat un chat, m’interdit de révéler ma note de maths au bac).
    Allons jubile plutôt d’être dedans l’âge d’or de ton voyage ! Arboré qui plus est, veinard !
    Alors c’est vrai, tu as tranché, passage à un plus grand véhicule et 4 roues pour relier en quelque trait ta destination finale. Je reconnais que le vélo est bien adapté à une île.
    De nouvelles dimension et vision de la route s’ouvrent à toi ! Et de mon côté, la plongée m’ a permis de vérifier que les îles n’en sont qu’en surface ! Je me figure que tu vas gagner en hauteur et encore en convivialité, c’est sûr !
    Pour le reste, l’expérience du bus s’est déjà imposée à toi et tu as pris connaissance de ses chers rouages … ne pas trop s’en éloigner, au risque de folle poursuite, encore !
    De te lire, à nouveau.

    J'aime

      1. D’accord, go ahead, on te suit, les yeux fermés, tu nous raconteras !
        « hum hum »… tu t’éclaircis la voix… un chat dans la gorge…encore?
        On se refait pas, hein?

        J'aime

  2. A chaque fois que je vois un cyclonomade comme vous, je pense à votre périple et à toute cette tranche de vie et de rencontres qui fera de vous quelqu’un d’autre. .. même si je n’ai pas connu le Pascal d’avant (sauf à écouter un certain Éric me parler de vous), j’ai hâte de connaître celui d’après… belle route l’ami… et nous aurons au moins un point commun : une vision toute personnelle de Châteauroux !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s