JSMF – Esfahan 2

J’ai hésité à écrire quelque chose ce soir…une mauvaise nouvelle m’ayant retourné, balayé…

Faire des choix et vivre avec.

Soigner les maux par les mots ne cessé-je de répéter, alors je publie une bafouille…

La nuit fut courte, ou la nuit fut longue. 

Question de perspective. 

Des jours, des mois, des semaines que je fais des choix. Certains n’ont eu qu’une minime influence sur le déroulement de ma journée, d’autres m’ont retourné, m’ont bousculé totalement. 

Seul maître de mon destin voici donc trois mois que j’avance. Les questions abondent avec des réponses plus ou moins claires, avec des réponses plus ou moins précises. 

Pourquoi ai-je décidé de faire ce voyage? Oui pourquoi ? Doit on avoir un but ? Et quand celui ci est atteint que se passe t il ? Si la motivation première d’aller retrouver mon fils était louable et pétrie de sens depuis le début, je ne peux cesser de chercher plus loin, même si cela semble fort futile. 

Faire un bilan comptable de ces trois mois, mesurer, quantifier des émotions apparaît alors comme une vaine quête. Dois-je évaluer ? 

Qu’ai-je gagné ? Qu’ai-je perdu? Qu’ai-je appris sur moi, sur les autres? 

Je me suis laissé porter et j’ai vécu. C’est déjà pas mal. 

Seul le temps me dira si ce périple m’a changé – Je viens de recevoir une belle fiente de corneille sur le t-shirt en guise de réponses tiens ! On s’amuse là-haut ? On s’amuse « là-haut »?

Allongé dans l’herbe du parc Bostan-e-saedi, après une matinée à m’occuper de mon retour qui approche. Le bateau qui semblait si évident s’avère comme une option trop aléatoire en fin de compte. On m’a dit ce matin que peut-être il y en aurait, mais qu’en ce moment ce n’était pas sûr. 

Faire un choix à nouveau. 

L’avion étant la seconde alternative j’ai découvert que le prix était identique à celui du bateau j’ai donc posé une option pour un départ d’esfahan vers Dubaï le 18 juin. J’envisage donc de juste prendre le bus jusqu’à shiraz d’y passer quelques jours et de remonter à nouveau en bus. Je n’ai toujours pas d’hébergement pour Dubaï. Mon vol retour pour la France se fera le 21 juin – arrivée le 22 très tôt le matin. 

La journée fut partagée entre les diverses taches administratives et quelques visites. 

Cette ville est belle ! Ma préférée depuis mon arrivée en Iran. 

Faire des choix et vivre avec. 

J’ai choisi de terminer ici mon périple dans cette ville après la visite de Shiraz…

Bien à vous

PS: pour ceux qui veulent des tapis pas de soucis j’ai des plans…

  

Publicités

32 réflexions sur “ JSMF – Esfahan 2 ”

  1. Avec vos mots et votre expérience, vous nous ouvrez une belle fenêtre d’humilité et réflexion sur « le sens de la vie »… Rien que pour cela, merci.

    J'aime

  2. As In any good films, you deserve the best ending ever!! Pick the one you like. It s as if you ‘ve gathered so much freedom, that you ‘ve become the embodiement of freedom itself! Well done for your courage and thanks for sharing your adventure with us. I am dreaming and will dream about something similar for a while. Best of luck to you. Hope we get to meet one of these days. Carole

    J'aime

  3. Quoi qu’il en soit, ce que tu as fait restera « monstrueux » physiquement, psychologiquement, nerveusement et humainement. Pas grand monde peut prétendre avoir cette force et ce, quelque soit le domaine. Bon, hâte de se caler un footing vers Rabajou et Chamerolles avec toi dans le courant de l’été…

    J'aime

  4. Je n ai pas vu passer le temps ,3 mois déjà ? Bon ne soit pas triste ,j ai 1 bonne nouvelle mon ami de Chateauroux m a assuré que tu pourrais desormais traverser son departement sans qu aucun enfant ne te jette 1 seule pierre !super non ?

    J'aime

  5. On te sent un peu à bout dans tes derniers billets. Entre les lignes, on distingue la fatigue physique et morale, le blues d’une fin de séjour.
    Malgré tout, tu nous as fait bien voyager au cours de ces derniers mois. Si tu as des plans pour des tapis, tu me rapporteras un tapis de souris 🙂

    Ps : le conseil municipal de la ville de Châteauroux envisage de donner ton nom à une rue puisque tu as été le seul, jusqu’à maintenant à prononcer le nom de cette ville au delà des Alpes.

    J'aime

  6. Pascal, j’ai été très touché par tes dépêches de ton voyage.

    Je comprend ce que tu as vécu et ce que tu prend comme décision est parfaitement raisonnable. C’était un très beau voyage mais maintenant c’est le temps de retrouver les tiens.

    J’espère qu’on sera de nouveau en contact plus souvent à ton retour. Je connais aussi ce processus qui peut aussi être cahoteux.

    Tes textes étaient vraiment génials. J’ai adoré!

    Bravo pour un voyage réellement réussi!

    On se reparle, c’est certain.

    J'aime

  7. Allez courage, et quel périple! Tu nous a fait rêver durant toutes ces semaines… J’ai voyagé à travers tes récits, moi qui ne suis jamais partie…
    Biz

    J'aime

  8. Le grand Fifi doit se rapprocher de notre mère ?????? Non mais t’es fou ou quoi ??? Plus sérieusement, il est temps pour toi, je crois, de te reposer. Ou de tenter de le faire. Loin de chez toi , fatigué aussi bien moralement que physiquement, tu dois juste maintenant profiter du temps qu’il te reste pour te refaire une santé. Les problèmes se traiteront les uns après les autres. inutile de vouloir tout résoudre d’un seul coup à près de 5000 km d’Orléans. On t’attend de pied fermes pour se baffrer : de charcuterie, de tete de neg…….Boule méringuée aux chocolat, de vodka /red bull, de mike stern et de footing aux dords de Loire.
    Take care. Ce n’est plus qu’une question de quelques jours

    J'aime

  9. Salut Pascal, ça fait du bien de te lire et de te voir. Merci d’avoir puisé la force d’écrire, tentant est de se replier sur soi dans l’épreuve, cela aurait été bien légitime, nous sommes humains, vulnérables et dépendants. Cela semble violent pour toi. Pas facile à accepter.
    En même temps ta capacité à faire face m’impressionne encore. C’est une force chez toi, tu as des appuis solides ! Si si !
    Pour le reste… qui sommes-nous? ne sommes nous pas définis justement par notre soif de chercher ?
    Quelle que soit la fin de ton voyage à vélo, elle n’aurait su/ne saurait signifier la fin du chemin, Dieu merci ! je crois au contraire que la faim grandit en chemin. On pourra en reparler quand tu auras digérer ce solide morceau de vie !
    Tu n’as probablement pas fini de le lire et relire… à temps et à contre temps.
    Allez, c’est plus fort que moi, je jette un conseil, je te fais confiance pour en faire ce que bon te semble : garde le cœur grand ouvert, tout est devant toi !
    Qu’est-ce que la liberté?

    J'aime

      1. Good morning Sir,
        – « je n’ai pas le choix » : PAS D’ACCORD: tu fais/as fait/feras des choix que peu de gens osent/ont osé/oseront faire (et encore, quoique, tu ne peux savoir ce que tu sèmes/as semé/sèmera par ton exemplarité audacieuse et/ou ton audace exemplaire), Cette force t’appartient, c’est tout personnel, personne ne pourra jamais te l’ôter. Même si j’entends bien que tu te « sens » vidé. Sommes-nous nos sentiments? juste une illusion? C’est pas du Souchon !

        – « je me dois d’avancer » : TROIS FOIS D’ACCORD !
        Tu sembles évoquer ta difficulté à faire le deuil de l’indépendance… une fin en soi tu crois? dépendance/indépendance… pour ma part, définitivement, je me figure que partout et tout le temps, il existe une 3e voie

        j’ai jeté un œil sur Esfahan, c’est vrai que ça a l’air sublime ! De quoi t’en mettre encore plein les yeux !

        J'aime

      2. je ne sais pas quoi te répondre… tu t’attendais à quelque chose, à autre chose? What else?
        sérieusement, que mets-tu/mettais-tu dans le verbe « accomplir »?
        j’ai pris le temps d’aller lire l’étymologie : renvoie au verbe « remplir ». Etre plein.
        Nous d’ici on voit bien…c’est énorme. Tu as lu tous ces messages ci-dessus.
        Tu voulais « faire » quelque chose?
        Cela est tellement grand qu’il te faut certainement encore du recul pour voir ce que tu as accompli, ce dont t’as rempli ton voyage. ça doit être comme le bon vin, faut laisser décanter peut-être.
        Autre piste envisageable : le renard… ST Exupéry lui fait dire que « l’essentiel est invisible pour les yeux »…. Peut-être un temps ne pourras-tu voir ce que tu as accompli que dans le regard des autres? Et y croire.
        Frustrant ?

        J'aime

      3. je me souviens… un jour un autre ami m’a dit que le véritable artiste c’est une personne qui se dépasse. Par définition, si on dépasse quelque chose, on ne pouvait s’attendre à ce que l’on y trouve tout en s’en étant fait des idées. Je m’explique ainsi l’impression de vide, du pas extraordinaire. Notre regard a besoin de temps pour s’adapter, un peu comme quand on passe de la pénombre à la lumière.

        J'aime

      4. une touche de précision : « le plus court chemin qui conduise à soi-même vous mène D’ABORD autour du monde ».

        J'aime

  10. Tiens bon Pascal.Pense à ton fils qui n’oubliera jamais l’exploit de son papa pour lui et qu’il racontera à ses petits enfants devant la cheminée en plein hiver.Nous sommes tous avec toi virtuellement.A bientot bises

    J'aime

  11. salut Pascal je suis ton aventure de prés avec notre ami Julien,
    on pense fort à toi, je serai heureux et aussi fier de pouvoir venir te chercher à Roissy le 22 au matin le vélo tient dans la voiture,
    donc à bientôt, bon courage tiens bon Pascal,
    fifiiiii…. .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s