JSMF – La fin

Dubaï est là, devant moi.
C’est terminé, enfin presque.
Je prends l’avion demain soir pour arriver à Paris lundi matin, trois mois exactement après avoir quitté à vélo, Orléans.
Je viens aussi de quitter mon fils pour quelques semaines – Dure séparation à nouveau.

Je suis à quelques centaines de mètres au dessus du sol, au 67e étage de la « Princess Tower » de la Dubaï Marina, la Palm Jumeirah Island devant mes yeux. Irréelle vision. Je ne réalise pas pour vous dire.

Quand au mois de janvier, je me suis lancé ce petit défi personnel, je ne savais pas trop ce dans quoi je m’engageais.
On ne le sait jamais vraiment. Et c’est tant mieux, sinon, on ne partirait pas !

Un grand merci à toutes les personnes ayant participées au financement de ce voyage.
Merci à toutes les personnes qui ont prises du temps pour lire et commenter mes billets.
Merci aux personnes qui ont crues en moi, tandis que moi, je doutais.

Vous m’avez accompagné, suivi, pendant trois mois. Vous avez souffert, ri, pleuré avec moi. Vous vous êtes étonnés, inquiètés, vous avez découvert des lieux inconnus, vous m’avez envié (ou pas), je vous ai fait rêvé peut-être un peu, et finalement, je peux dire que vous avez roulé avec moi.

Comme j’ai pu l’écrire,  je me suis « éclaté » tous les soirs à tenter de raconter, avec mon style propre, ce que je vivais, choississant les meilleurs moments, mais pas toujours.
C’est une chance d’écrire, cela en est une autre d’être lu.
Certes, des chats sont morts, je me suis moqué des supporters de foot, j’ai aussi pas mal vomi, Châteauroux en a pris pour son grade, et je voudrais m’en excuser.

Non, je déconne, qu’ils crèvent !!!

Les yeux dans le vide, je regarde dehors par la fenêtre de cette tour, les lumières de la ville qui scintillent en bas. Dubaï, ville sans âme et artificielle, me laisse indifférent. Moi, je suis encore là-bas. Là-bas, c’est partout, partout où je suis passé. J’essaye au mieux de me souvenir de ce que j’ai pu vivre, des émotions. C’était ailleurs, cela semble si loin. J’avais déjà voyagé, j’avais même déjà vécu longtemps à l’étranger, mais jamais je ne m’étais laissé autant laissé bousculer par un tel périple. Avec le recul, je me dis que ce fut superbe, fort, puissant, et renversant. La fin en particulier, où, las de voyager, dépendant des autres, fatigué physiquement et nerveusement, et ayant reçu une mauvaise nouvelle, ce fut réellement « compliqué ».

Quand on termine un projet, on a envie de regarder en arrière (et à vélo c’est plus prudent), de faire un bilan. Faire un bilan ? Que dire ?  Que retenir ? Qu’ai-je gagné/perdu ? Qu’ai-je appris ?  Oui tiens, qu’ai-je appris ? J’ai appris un peu plus à « lâcher-prise », à me faire confiance, à me concentrer un peu plus sur le présent, et à me débrouiller me disant que n’importe quel problème avait obligatoirement une solution, pas forcément celle espérée, mais une solution quand même.

J’ai eu de la chance. Oui, j’ai  eu de la chance de partir, dans un premier temps et de réussir dans un second temps, peut-être pas aussi comme je l’avais voulu (le bus m’ayant servi de moyen de transport vers la fin), mais j’estime avoir réussi. Je tenais à aller à Dubaï à vélo retrouver mon fils et j’y suis arrivé – que mes détracteurs meurent noyés dans du beurre d’escargot.

J’en suis égoistement fier, même si je n’ai pas le recul nécessaire pour réellement appréhender ce que j’ai accompli.

Pour moi ce voyage restera ancré comme la plus belle aventure pour illustrer l’amour qu’un papa peut porter à son fils . Pour lui, ce voyage n’aura qu’une véritable portée que dans quelques années je présume. Je ne pense pas qu’à l’heure actuelle, il prenne la mesure de ce que je viens d’accomplir (moi non plus, je le répète). Le temps, juge de paix, le dira.

Je vous laisse donc, « JSMF2015 » c’est fini pour le moment.

MERCI !

Pascal live from Dubaï.

Quelques photos  en vrac, ça fait toujours plaisir…

DSC05119DSC05102DSC05088DSC05202DSC05121DSC05210DSC05246DSC05233DSC05308

DSC05066

DSC05133DSC05318DSC05381DSC05230DSC05420DSC05453 DSC05479 DSC05462 DSC05455

Publicités

42 réflexions sur “ JSMF – La fin ”

  1. Bonsoir Pascal, Je suis la compagne de Laurent Beillevert et je voulais juste vous envoyer ce petit mot pour vous féliciter à mon tour. Vous devez être dans l’avion du retour à présent … les doigts de pieds enfin à l’aise…peut-être en éventail ?? Au delà de votre performance sportive et physique, je voulais vous tirer mon chapeau pour la qualité de votre récit de voyage. J’avoue que je n’ai pas été aussi fidèle lectrice que Laurent mais j’ai bien vite pris plaisir à la lecture de votre périple au travers de vos billets quasi quotidiens à la fois vifs, drôles, sensibles et avec un style bien à vous ! Je vous imaginais, chaque jour, seul sur le vélo, en train de penser aux bons mots que vous nous donneriez à lire le soir même !! Vous dites aujourd’hui que vous vous êtes éclaté en écrivant : nous le ressentions très bien. Car savoir et pouvoir écrire au jour le jour était une sacrée difficulté, une de plus ! Avez-vous pensé à publier un recueil des chroniques de votre voyage ?? Ce serait une façon d’élargir le cercle de vos lecteurs et de poursuivre ce voyage, encore un peu .. Si vous avez besoin d’un lecteur-correcteur, je suis, bien modestement, à votre disposition ! Encore bravo Sophie

    PS :Bien des marcheurs ou randonneurs disent que leur but n’est pas l’arrivée mais que c’est le chemin en lui même qui est tout l’intérêt et porte leur démarche, que ce chemin est une vaste entreprise d’introspection qui rend plus fort.

    J'aime

    1. Bonsoir, merci pour vos mots qui comme ceux de Laurent reçus plus tôt via mail, me touchent. Je suis en transit à Bahreïn où j’attends mon prochain vol . Bien évidemment je pense à publier un recueil et retravailler un peu les textes (lire corriger entre autre), cependant je suis conscient que cela est souvent très courant chez les voyageurs. On a envie de raconter ce que l’on a vécu. J’aimerai « capitaliser » et surtout partager, reste à savoir comment…et surtout, reste à savoir si je suis suffisamment différent des autres cyclos…à suivre ! Merci pour votre commentaire.

      J'aime

  2. Merci et encore merci… Bravo et encore bravo… Nous sommes tellement fier de toi et tellement content de vous voir réuni Jaden et toi bisous et à bientôt…😉

    J'aime

  3. Un grand RESPECT pour ta ténacité et ton courage.Un grand MERCI pour m’avoir fait traverser et mieux comprendre une partie du globe.Je suis heureuse aussi d’avoir participé à la rencontre d’un pére et de son fils.A bientôt Pascal.Tatajack

    J'aime

  4. Hey!! Today is Father’s Day in Ireland! Great timing for you! You had the best present ever! Happy Father’s day to you then. Have a great day.
    Carole. From Ireland, still. (Binouiyenadeu!) X

    J'aime

  5. ‘To be yourself in a world that is constantly trying to make you something else is the greatest accomplishment’. R. W. Emerson.
    I bet this trip allowed you to touch the stars… and to land on a very high mountain! Well done Pascal. Well done.
    Carole ( from Ireland) xx

    J'aime

  6. Purée !!! Trois mois ! Trois mois déja que tu es partis rejoindre Jaden. En relisant certains de tes billets on sent la réelle portée de ce voyage (initiatique ???) . Un mot me vient à l’esprit : Emotion.
    En effet, que d’émotions ! Tu as su faire remonter en toi tout un tas de sentiments enfouis au plus profond. La souffrance t’y a aidé. La solitude, les incertitudes, les rencontres (bonnes ou mauvaises) , l’éviscération des nombreux chats croisés sur ta route. Tous ces événements t’ont conduit à une introspection forcément douloureuse par moment. Ce fut probablement une belle psychanalyse (moins chère et moins longue qu’avec un barbu !!!)
    Tu reviens avec plein de choses à nous dire, à nous raconter et à nous faire partager mais, et c’est le plus important, avec la sensation d’avoir vécu ce que tu avais envie de vivre : Une aventure démesurée.

    A demain « terminal 2c »

    J'aime

  7. Sacré Pascal !! Tu nous a fais vivre ton aventure au quotidien et ça si c’est pas du partage … MERCI .On sent dans ton billet de la tristesse, vu ce que tu viens de vivre c’est normal .Je pense que le plus dur et a venir , cela dit tu ai armé maintenant .
    J’ai pas tout suivi sur la fin , pas eu connaissance de ton « souci » j’espère que ce n’est pas trop grave .
    Avec les billets quotidien partagé , il ne te reste plus qu’a contacter un éditeur si tu voie ce que je veut dire .
    Te souhaite bon vent pour la suite de ton périple …intérieur cette fois ?
    Biz a vous deux

    J'aime

  8. Pascal, tu peux être fier de ce projet que tu as accompli. C’est ça aussi un coach : une personne que l’on considère comme un modèle, car elle est capable de réaliser des choses que l’on aurait jamais oser imaginer. Ce que je retiens de ton voyage : l’image d’un homme, qui grâce à sa volonté, sa force de caractère et son courage, a réussi à aller au bout d’un périple semé d’embûches sans jamais abandonner, car au bout de ce chemin, il y avait une réelle motivation ; la joie de voir son fils. Au plaisir de te revoir bientôt sur Orléans, d’écouter de nouvelles anecdotes de ton voyage, et de pouvoir être entraînée par un super coach.

    J'aime

  9. MERCI A TOI POUR LE PARTAGE D’EXPERIENCE ET L’OUVERTURE SUR L’AUTRE :
    rencontre improbable ce matin devant chez moi avec un Iranien… grâce à toi, j’ai pu faire la maline… « ah oui Esfahan, je connais bien! »… et hop je lui parle de toi et lui montre tes photos…c’était parti… et Karim de me raconter comment il a fui l’Iran il y a 8 ans et fait le chemin inverse au tien, à cheval, en bateau (gonflable, sur la mer Méditerranée ! ) pour garantir la liberté de son épouse Dervish, emprisonnée par le régime en place. En prime, j’ai eu droit à un cours sur la musique sacrée Dervish !
    Tu vois, nous n’avons pas fini d’explorer les portées de ton voyage !
    Bon retour à toi !

    J'aime

      1. tu as bien raison (qui ne saurait exclure le cœur, comme l’a écrit et pensé Pascal, ce Blaise !), moi, plus j’y pense plus j’oublie, comme chante M. DUTRONC !

        J'aime

  10. What a GREAT moment. Pascal, I had tears in my eyes when a picture of DAD and SON. This is so wonderful. You did it and I so grateful you invited us to live this extraordinary moments of your trip with you. Thank you and see you very soon. Take care!

    J'aime

    1. What a GREAT moment. Pascal, I had tears in my eyes when I saw a picture of DAD and SON. This is so wonderful. You did it and I am so grateful you invited us to live this extraordinary moments of your trip with you. Thank you and see you very soon. Take care!

      J'aime

  11. merci Pascal pour tous ces moments passés prés de toi, à lire ton histoire, j’ai moi aussi, d’une façon différente fait un beau voyage, et à trés bientôt chez notre Juju, BRAVO BRAZEY !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s