JSMF – Le retour

Comme une « lettre à la poste », où plutôt comme un « carton dans l’avion », c’est par ces termes que je peux définir mon retour en terre Gauloise.
Je suis arrivé le 22 juin à 7h à Paris après être parti le 22 mars 9h d’Orléans. Vous voilà rassurés.

La veille, je m’étais accordé une courte baignade dans l’eau à 32° C du Golfe Persique. 32 ° C ! La température du corps humain devant son poste de télévision…Impossible de se rafraichir. je pense que même les poissons transpiraient.

Désormais, je suis chez moi…
Mon réfrigérateur est plein, mon lit frais et propre, pas de chiens, de muezzins, je n’ai pas eu à être accueilli ce soir, je me suis fait à manger dans ma cuisine, et la wifi fonctionne.
Aujourd’hui, j’ai retrouvé mes repères. C’était comme si je venais de partir.
Désormais, on me pose des questions sur mon voyage. Si je réponds volontiers à celles-ci, je voudrais ici, vous posez une question:

« Quel a été votre moment préféré de mon voyage?  »

DSC05511

Publicités

56 réflexions sur “ JSMF – Le retour ”

  1. Bonjouuur !
    J’ai lu une parti vos récit avec beaucoup de retard je n’avais pas mis l option pour avoir les email et vie de maman oblige j’ai oublié de revenir sur votre blog ! Je n ai pas tout lu encore mais je suis impressionné!
    L iran est un pays qu on aimerais visité moi et mon mari et cela me donne encore plus envie.
    J espère vous avez bien profité et que ce voyage vous as apporté et surtout que vous avez bien profité de votre fils.
    Bonne soirée

    J'aime

  2. Salut Pascal,
    Déjà merci de nous avoir fait partager ton aventure, c’était super plaisant de te lire et de découvrir de nouveaux endroits.
    Pendant ces trois mois, tu es devenu la mascotte au Fournil chez Juju, j’attends avec impatience de t’y revoir pour discuter de ton aventure. Faut que tu me briffes sur la GTA, je penserai à l’EuroVélo 6 après !
    Je garde en mémoire pas mal de souvenirs de ton début de périple, entre ton arrivée en Allemagne (avec les supers photos que tu as prises le long du Rhin, lorsque tu t’es arrêté près de Donnauschrabenheim, enfin un nom de ville imprononçable, pas comme Chateauroux), la traversée vers Vienne avec le froid (et la neige), et enfin cette excellente boisson dénichée en Bulgarie (qui « de l’extérieur ressemblait à une boisson à base de céréales, sucrée, et avec du lait, enfin je crois qu’après tu as vomi).
    Mais le plus beau, pour moi, c’est la photo avec ton fils à l’aéroport de Dubai.
    Sincères félicitations Pascal

    J'aime

  3. Comment choisir un seul moment ! J’ai adoré me réveiller et lire un billet posté la veille. J’ai rit de tes mésaventures et aussitôt je m’en suis inquiétée! J’ai détesté lire que des gamins de lançaient des pierres! J’ai pas aimé que des chiens te persécutent. J’ai envié le fait que tu soit libre et j’ai pas envié tes moments de doute et de solitude.
    Je me suis servie de toi à chaque fois qu’il pleuvait pour convaincre Kévin de sortir (pense à Pascal qui luipasse des heures à rouler sous la pluie ).
    J’ai aimé que tu me fasse voyager avec des billets si bien écrits quej’avais l’impression de ressentir les émotions de sentir les odeurs et de subir la météo.
    Je suis contente que tu sois rentré en un seul morceau et j’espère que tu vas te remettre de ce voyage qui a dû être psychologiquement très éprouvant.
    J’attends avec impatience mes nouveaux plans d’entraînement.
    Tes billets vont me manquer donc trouve vite un autre projet!
    Une lectriceps fidèle

    J'aime

      1. ahhh, j’y vois plus clair, merci !
        dis-moi, ça fait deux bonnes raisons d’avoir la gorge en feu !? ouille !!
        Je compatis et comprends mieux ton penchant irrépressible pour le miel… plus que nécessaire !
        j’apporterais une une petite nuance quand même (si tu me le permets, c’est ton blog quand même, si si !):
        – « vomir » renvoie à un passage intérieur (nos entrailles) … donc une digestion et une infusion dans le sang… même brève… c’est déjà ça !
        – « échafaud » …expéditif, et oui, certainement plus douloureux
        Courir sans tête? les poulets y arrivent paraît-il ! trouver un éleveur et lui poser la question

        Sérieusement, je pencherais pour un mix : se rendre la tête haute et le ventre bien plein
        La 3e voie?

        J'aime

  4. Bon, maintenant que tout le monde a pu s’étendre sur le positif (légitime) de ce voyage, je vais pouvoir dire ce que j’ai pas aimé.

    -J’ai pas aimé te voir partir avec le doute. Ton anxiété était visible et malgré la joie et l’amour qui se dégageait de chacun, j’ai senti en toi une profonde tension.
    -J’ai pas aimé savoir que tu luttais sans cesse contre la météo au début de ton récit. Que tu manquais de sommeil, que les chiens te coursais comme des…………..chiens !
    -J’ai pleuré quand j’ai su que tu avais perdu, puis retrouvé, puis reperdu ned et Djena.
    -J’ai détesté l’idée qu’on (con) puisse te lancer des pierres.
    -J’ai eu peur quand j’ai vu que tu ne pédalais plus parce que je sais que pour t’arreter il en faut beaucoup plus qu’à nous, les « gens normaux ».

    Mais , j’ai bien aimé te retrouver à Roissy

    Et surtout, j’adore l’envie que tu as de repartir parce que ces voyages te ressemblent :
    -Fous
    -Démesurés
    – Sportifs
    – inclassables

    Par contre, j’ai bien aimé le fait que tout le monde se retrouve à parler de ce pari insensé que tu t’étais lancé.
    Les commentaires des internautes sont souvent drôles et remplis de curiosités.
    Le versant fédérateur de ce projet à alimenté de nombreuses discussions, polémiques et/ou débats au fournil ou ailleurs.

    Chris

    PS : Ah si, j’ai bien aimé que tu fasses (par deux fois) de l’escalade. Moi qui n’arrive pas à te faire grimper sur ma SAE !!!!!!!!

    J'aime

  5. J’ai surtout aimé le chat de Van aux yeux vairons. (j’adore les chats)Non pas que cela bien sûr, j’ai apprécié la traversée de la Turquie et mesuré l’ampleur de tes coups de pédales pour arriver jusqu’ici. Et puis tes récits souvent douloureux,souvent humoristiques,paradoxes, les photos,principalement tes petits sauts en hauteur devant un paysage grandiose.Merci à toi et Jaden

    J'aime

  6. Bonjour,
    Je ne crois pas avoir de moment préféré, tout était « dingue »…
    L’idée de partir à vélo pour faire tant de km pour moi c’est dingue.
    L’idée de savoir que vous alliez traverser l’Iran, pays qui ne m’attire pas du tout, c’est dingue et ça me faisait peur pour vous.
    Et le plus dingue, c’est d’avoir réussi à accomplir le but du voyage : retrouver votre fils (qui n’a pas beaucoup de ressemblance avec vous, il a bien plus de cheveux!!! 😉 )
    Félicitations pour le courage que vous avez eu et la réussite de ce voyage!
    Ah et en y repensant, je crois que le plus incroyable devait être la capadoce, le départ des ballon le matin, pour moi, derrière mon ordi, c’était magique!
    En tout cas merci d’avoir partagé votre voyage.
    Les lectures vont me manquer (mais pas les chats mots…)
    Cécile

    J'aime

  7. Mon épisode préféré préféré: Pascal Nouma ! Et pour une raison que j’ignore les derniers jours dans les montagnes de Bulgarie avant d’arriver en Turquie…
    Mais pour etre honnete, je suis decu que ton voyage se soit arrété. c’était sympa de vomir en lisant chaque jour un petit billet humoristique et dépaisant 😉

    J'aime

    1. Merci ! Je suis content que tu aies pu participé à ce voyage, et j’espère que nous n’allons pas attendre 20 and avant de se revoir…Je réfléchis (déjà) à mon prochain voyage…je sais c’est mal

      J'aime

  8. Le moment que l’on a préféré de ton voyage, tu en as de bonnes toi, un petit gars qui comme ça, prend son petit vélo pour faire une petite balade et y nous d’mande « et pour vous, c’est quoi votre moment préféré » ……. l’émotion, oui l’émotion de bout en bout qui n’a été qu’un trait continu, pas de coupure pas de moment mais LE MOMENT, celui qui m’a fait prendre conscience que, par le chemin d’un autre « un peu fou qui écorche les chats en vomissant » j’ai pu traversée une période difficile de ma vie, hé oui mec, ton récit et son formidable aboutissement était ce moment préféré de ces derniers trois mois, où j’oubliais mon quotidien ! Félicitations et merci

    J'aime

  9. La Turquie avec notamment Istanbul (ainsi que certains bivouac ou encore rencontre).
    J’attendais beaucoup de ton témoignage sur l’Iran mais tu semblais marqué par une certaine lassitude.

    J'aime

    1. Je n’ai pas réussi à retranscrire correctement ce qui s’est passé en Iran, pour de nombreuses raisons (pas de possibilité d’écrire correctement mes compte-rendus, grosse logistique à gérer, et sans aucun doute fatigue aussi), mais ce fut très fort, vraiment très fort, car ce pays est…unique ! A visiter absolument, mais pas à vélo fin Juin !

      J'aime

  10. Certainement parce que j’ai vécu le live…mais je dirais le moment durant lequel on t’a regardé partir. C’était beau, flippant voir surréaliste. Mais surtout, c’était marquant à vie car très fort.

    J'aime

  11. j’oubliais, je retiens également des à-côtés, le voyage dans le voyage : autres palmes d’or aux bons et beaux mots de tes lecteurs/commentateurs… à la vision suggérée de et par Nathalie à la pistache (de Chateauroux ?!) et l’histoire du barbier d’un autre Pascal je crois !
    Le voyage est pluriel?
    « L’inspiration est toujours personnelle, mais elle nous met toujours en communion avec les autres quand elle est authentique ».
    MERCI

    J'aime

  12. Well, I m going to be very forward, honest, and selfish: I think my favourite part of your trip is the dream it allowed ME to dream. You made us dream! About possibilities,trips, adventures, the (un)bearable unknown, etc.. and for that I thank you. Also, I m happy to see you made it home safe and sound. And that you don’t sound too gutted about it! Lol. Let me know when you’re coming to Ireland! Looking forward to reading your new adventures. Carole from ireland. X Take care.

    J'aime

  13. bonne question que je traite par l’entrée du voyage après réflexion.
    Je dirais fin avril début mai, en Turquie : j’ai ressenti une grande énergie, une grande joie… tes sauts ne ressemblent plus à rien…trop drôle ! Les paysages : Il y a le bleu du ciel bleu, le vert tendre des verts pâturages, et le blanc de rares cumulus et des neiges éternelles en arrière plan de la route droite…avec un sommet peut-être le 3 mai (pas très objective… mon anniv ! ) avec une photo aux tons pastels, très différente des autres où l’on te voit marcher… apaisante, le temps semble suspendu…le pompon revient à ce moment partagé sur la terrasse d’un bar avec une 10e d’hommes de tous âges arborant un beau panel d’émotions …surtout première photo « collective » sauf erreur de ma part.
    Les rencontres sont ce à quoi j’attache le plus d’importance, quel que soit le voyage. J’avoue que je t’ai envié ici…
    et puis y avait Georges Clooney !
    Et toi?

    J'aime

  14. la grande émotion de ton départ, nos rdv littéraires quotidiens, tes aventures avec et sans Ned, les chats, le vomi, tes hôtes, Jaden, et enfin la hâte de te retrouver.

    J'aime

      1. Croiser, tenir ensemble le geste et la parole? c’est sûr, ils sont en lien.
        En même temps, ne sont-ils pas conduits à se séparer parfois? : quoi de plus transparent que le silence pour témoigner du caractère unique de l’Iran?
        L’Iran restera un mystère et source d’attraction

        J'aime

      2. j’entends bien ton appel à s’y rendre… MAIS une réalité m’inquièterait pour franchir le pas… le sort voilé réservé aux femmes, on en a parlé

        J'aime

      3. Karim, l’Iranien que j’ai rencontré la semaine dernière ne s’est pas senti autorisé à me serrer la main (ne peut toucher que les hommes, sa femme, ses filles, ses sœurs, sa mère etc.). C’est sûr, cela ne nous a pas empêché d’échanger et richement. Je sais bien que ce ne sont que des codes MAIS je dois avouer que mon amour propre en a pris un coup. C’est irritant et bousculant quand même d’être perçue comme une « menace », si si … Cela prend du temps d’entrer/créer un nouveau schéma de représentations culturelles. J’imagine qu’il n’est pas simple (et surtout, pas prête, pas encore), immergée dans le pays, seule, de le vivre au quotidien et dans la durée. Mais, oui, j’espère que ce n’est pas rédhibitoire !

        J'aime

      4. si si, merci de ce rappel !
        avec une différence avec mes premiers voyages (j’étais jeune et innocente, voire inconsciente ! )… je sais aujourd’hui à quoi m’attendre et il est plus difficile d’aller consciemment vers la souffrance parce que c’en est bien une de se faire bousculer l’esprit et le cœur (sont indissociables selon moi) et nécessaire pour être et DEMEURER un esprit libre (indépendant? en vrai je préfère « interdépendant »), ce qui est essentiel pour moi, bien vu..
        … alors je repousse…… encore un peu ….

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s